Au-delà des frontières feat. Leto


 

 :: Anciens RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au-delà des frontières feat. Leto

InvitéInvité
Au-delà des frontières
leto & geda

Le soleil venait à peine de se lever entre les buildings de Coruscant, la médecin s'affairait déjà énergiquement dans son appartement, sous le regard neutre de son droïde qui l'examinait avec attention. Silencieuse, concentrée, elle faisant des vas-et-vient incessants, portant des affaires d'un bout à l'autre de la pièce principale, elle était en train de préparer son voyage. Rien ne semblait la perturber. Ni le réveil oublié dans sa chambre, ni son ventre qui criait famine. Peu lui importait, il fallait faire vite. La veille, elle avait reçu l'appel d'une connaissance à elle qui possédait un vaisseau capable de l'emmener là où elle désirait aller. Où exactement ? Geda avait entendu parlé, il y a quelques mois de cela, d'une planète perdue dans les Bordures. La population entière de cette planète aurait été décimée il y a quelques années par un virus mortel. Depuis ce drame, plus personne n'avait entendu parlé de cette planète. Comme si toutes les informations la concernant avaient été subitement détruites. Curieuse, la jeune médecin avait monté un plan pour y mener une expédition dans le but de réaliser des recherches sur ce fameux virus. Contre l'avis de sa hiérarchie, elle se préparait donc à cette excursion secrète, espérant que les informations recueillis pourraient servir.

Y aller contre l'avis de ses supérieurs était un acte risqué. Son poste au sein même de l'armée de la République était en jeu, et peut-être bien plus encore. Cependant la jeune femme ne comprenait pas que des médecins soient réfractaires à son projet. C'était pourtant dans un but clairement scientifique qu'elle y allait, pas uniquement par simple soif d'aventure ou une autre bêtise dans le genre. Non, ils ne comprenaient pas. Ils ne voyaient pas le risque. Ce virus avait décimé des populations entières sans que personne ne puisse faire quoi que se soit. Entre les mains de quelqu'un avec de mauvaises intentions, cela pouvait aisément se propager sur une planète comme Coruscant ou Aldeeran. Non, il fallait faire quelque chose. La paix s'était installée dans la galaxie, mais les tensions entre la République et l'Empire étaient toujours présentes. Geda était consciente qu'elle ne pouvait rentrer les mains vides, et qu'il faudrait faire attention. Il semblerait que cette planète soit restée inhabitée, mais l'imprécision des informations recueilli devait la faire prendre ça avec des pincettes. Elle y allait seule, avec pour unique protection son droïde de protocole et sa propre expérience militaire.

« Es-tu certaine de vouloir y aller, seule ? » S'enquit son ami, les mains posées sur le tableau de bord du vaisseau. Cela faisait plusieurs heures maintenant qu'ils traversaient l'espace en direction de la planète. Geda avait rejoint le pilote dans la cabine de pilotage, XP derrière elle. Elle était affalée dans un siège, son gros sac-à-dos à ses pieds. « Personne ne peut venir avec moi, tu sais pourquoi » Dit-elle, le ton las, la voix discrète. Ses iris céruléennes étaient rivées sur le paysage stellaire qui défilait devant leurs yeux. Le pilote, lui, n'était pas rassuré. « Moi, je peux venir avec toi. Tu es une femme, ce n'est pas correcte de te laisser ... » Geda le coupa d'un signe de la main. Elle détestait qu'on lui ramène son genre sur le tapis. Oui, c'était une femme, mais elle avait deux bras, deux jambes, et une tête. « Tu ne sais pas te battre, et puis j'y vais uniquement pour récupérer des échantillons, nous rentrerons rapidement ... normalement ». L'homme retint son envie de lui rétorquer quelque chose, il connaissait le caractère bornée de la jeune médecin. Si ses supérieurs n'avaient pas réussi à l'en empêcher, lui ne pourrait rien. Il se contenta de stopper la propulsion hyperespace, le vaisseau s'arrêta devant une petite planète bleue. « Nous y sommes ».

Geda foula l'herbe fraiche qui recouvrait le sol de la planète. Sa chevelure brune flottait au grès du vent. Elle portait à son visage un masque de protection blanc qui lui couvrait le nez jusqu'au menton, elle avait revêtue son armure caractéristique des médecins de l'armée de la République. Elle avança en direction d'un village abandonné aux bâtiments délabrés. L'ambiance qui régnait était pesante. La médecin s'aventurait progressivement dans une maison dont la porte devait avoir été défoncée, son droïde bipait régulièrement derrière elle. A l'intérieur des lieux, plusieurs cadavres en décomposition gisaient sur le sol poussiéreux. Un relent de pourriture traversa son masque jusqu'à ses narines, elle retint un haut-le-cœur. Geda ôta son sac de ses épaules pour le déposer à ses côtés. Elle fouilla dedans pour en sortir quelques sachets transparents et un scalpel.

A genoux sur le sol, Geda était en train de récolter des tissus sur les corps des différentes victimes, éclairé par la lueur de la lampe torche que tenait XP, juste au-dessus de son épaule. Concentrée, elle ne faisait pas attention à l'environnement proche et aux bruits qui semblaient se faire entendre à l'extérieur. « Geda, nous ferions mieux d'y aller » Dit le robot. Il eut un mouvement de recule et tourna la tête. « Je viens à peine de commencer ... ».

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 544
MESSAGES : 38
AFFILIATION : Empire Sith
Avatar : Adam Driver
Crédits : Class Whore

Profil
Inventaire:
Au-delà des frontières
leto & geda

Avait-il commis une faute, une erreur ? Aucun miasme ne pourrait scientifiquement traverser le masque qu'il portait, lui couvrant entièrement le bas du visage. Un foulard sombre par dessus ne renforçait pas la protection mais aidait au moins l'appareil sur sa bouche et ses narines à mieux tenir. Et puis Leto n'avait pas peur, pour lui tout ceci tenait plus de la farce qu'autre chose. Au début. Il avait oublié les imprévus, à savoir que ce n'était pas parce qu'il n'avait pas mis la main sur quelques documents récents de cette planète que son histoire s'était tout bonnement arrêtée.
Foutu orgueil...

Curieusement, si les mythes et légendes les plus éloignés semblaient être chez lui comme un second langage, l'histoire plus « moderne » ne semblait jamais s'imprimer dans son esprit jusqu'au concept même. Il y avait les batailles auxquelles l'homme avait participé, les morts, les blessés, les victoires et les défaites, mais quant au poids que cela avait réellement... Tout ne devait être pour lui que futur proche ou histoire lointaine, le reste n'existait pas.
Le présent n'existait pas...
Ah foutaises, Leto n'allait pas se laisser intimider par quelques ruines même pas cinquantenaires, si ?!
Le sith avait passé de longues semaines à étudier les comptes-rendus lointains des légendes anciennes de l'endroit. Une mythologie primaire où revenait sans cesse la figure d'un Mal Incurable.
Une épidémie.
Et puis cette civilisation ancienne avait disparue, on parlait de guerre, on parlait d'esclavage par un peuple venu des étoiles, de maladies qu'ils auraient pu leur transmettre... Certains parmi les plus fous enfin évoquaient le Mal Incurable, le vrai, le légendaire. Ce Mal que Leto venait chercher dans le simple but de l'offrir à son maître, si possible en le lui enfonçant bien dans les narines.
Qu'il crève enfin...

Et Leto n'avait pas regardé, pas vérifié. Stupide...Une planèthe inhabitée mais avec un paysage arable ne restait pas déserte longtemps, surtout à l'échelle de siècles ainsi. Le temps d'oublier les superstitions, d'oublier les légendes.
Des gens étaient revenu vivre ici. De quelle espèce ? Leto ne le savait pas encore, les premiers cadavres le lui apprendraient. Parce que l'endroit puait la mort, que quelque chose avait frappé ces gens malgré leurs constructions, malgré leur civilisation, le temps passé...
Le propre des légendes consistait à posséder un fond de vérité. Cela voulait dire un risque de maladie toujours accru. Le sith promena son regard sur les chemins bouffés par la végétation. Aucun oiseau ne chantait il ne décelait pas la moindre trace animale aux alentours également. Cette planète en était-elle seulement dotée, avaient-ils tous péris en même temps que les nouveaux habitants ? Cela faisait quoi...dix...vingt ans ? Peste soit de son dédain du présent, il aurait pu vérifier tout cela, mais non l'homme n'avait voulu s'intéresser qu'aux légendes !
Abruti, tiens si cet arbre là n'avait pas l'air si pourri, il se frapperait bien le crâne dessus pour se punir un peu. De telles erreurs étaient ridicules, inacceptables surtout.
Il avança attentif, évitant d'écraser sous ses pas la moindre chose présente. Dans l'herbe, des outils rouillé, un papier devenu illisible mais pas vraiment déchiqueté non plus -il n'y avait pas eu de pluie depuis si longtemps?!-, une poupée... Elle avait perdu ses yeux, amusant.
Et puis soudain, du bruit.
Là, dans ce bâtiment...

Aux aguets, Leto le rejoignit d'un pas souple, concentré. Ce qu'il découvrit à l'intérieur fut une femme, un robot, des cadavres... Humains apparemment, les cadavres, et la femme semblait les étudier

 « Si vous êtes médecin, vous êtes légèrement en retard, si vous êtes détrousseur de cadavres...la récolte sera pauvre on dirait. Qui étaient ces gens ? »

Elle portait un masque elle aussi, semblait connaître l'histoire du lieu. L'histoire lointaine, comme lui, ou récente ? Sa réponse le lui indiquerait. Peut-être possédait-elle des cartes, quelque chose capable de l'aider à trouver d'anciens tombeaux. Il n'avait clairement pas pensé aux constructions plus récentes que des colons pouvaient amener, lui brouillant le lieu.

« La fin semble leur avoir été douloureuse... »
Revenir en haut Aller en bas
Au-delà des frontières
leto & geda

La lame affûtée de son scalpel tranchait habillement quelques lambeaux de peau et de tissus, mené d'une main ferme par la jeune médecin. Elle ne tremblait pas, son souffle était parfaitement maîtrisé. Concentrée, les iris rivées sur son travail, elle pouvait cependant sentir bouger le droïde derrière elle. Les grincements de sa carcasse métallique se faisaient entendre dans la pièce exiguë. Qu'avait-il à s'inquiéter de la sorte ? Cette planète était censée être déserte. Plus personne n'osait y mettre les pieds depuis que les épidémies successives avaient ravagé sa population. « Geda ... » Ah, qu'il se taise pour de bon ! Elle se mit à toussoter, une manière ne lui faire comprendre que ce n'était pas le moment de l'interrompre. Malgré l'agacement qu'elle pouvait ressentir, la jeune femme ne prononça pas un mot. C'est alors qu'un craquement retentit, elle sursauta et se redressa. Face à eux, un homme vêtu de noir, dont le visage était masqué par une étoffe sombre, venait de pénétrer dans la demeure en ruine. Geda sentit son rythme cardiaque s'accélérer. Qui était-il ? Que voulait-il ? Le silence fut brisé aux premières paroles de l'inconnu, sa voix masculine raisonna dans ses oreilles comme un appel à la prudence. Ses doigts fins se resserrèrent autour de son scalpel, caché derrière son dos. Le droïde qui accompagnait Geda n'était pas fait pour la guerre, et ne lui serait d'aucune utilité. A moins qu'elle s'en serve comme bouclier, mais il ne serait pas efficace bien longtemps. Elle déglutit avec difficulté. Ses iris azurées détaillaient la silhouette de l'homme, tentant de découvrir ses réelles intentions. Ce temps d'observation se mêla à un long silence durant lequel la médecin ne répondit pas à ses mots.

« Partons », répéta le droïde de sa voix robotique. Lui non plus ne semblait pas rassuré, pour un être dénué d'émotions. Peut-être avait-il scanné leur interlocuteur mystérieux et en était arrivé à la même conclusion qu'elle. Il était étrange, il semblait suinter le mal. Ses yeux rouges ne l'aidaient en rien à paraître sympathique. Geda sentait son souffle ralentir à son maximum, elle n'osait plus respirer. L'homme devait attendre sa réponse. Il se tenait dans l'encadrement de la porte, imposant, stoïque. La jeune femme reprit son sang-froid, son regard se porta sur son sac, à quelques pas seulement de sa position. Son blaster se trouvait posé dessus. Cependant elle ne savait pas si l'homme était armé. S'il l'était, il aurait largement le temps de la tuer avant qu'elle n'ait atteint son arme. Non, elle devait s'éloigner de lui. Rapidement. « Vous semblez sûrement avoir raison », commença-t-elle en reculant d'un pas, enjambant le cadavre en décomposition. « Je suis effectivement arrivée bien trop tard pour les sauver ». Sa voix, bien que reflétant son malaise, ne tremblait pas. Elle était calme.

« Passez votre chemin, étranger, nous ne sommes pas des pilleurs, ni des dépeceurs de cadavres ... » XP engageait la conversation avec l'inconnu, nullement menaçant dans ses paroles. Durant ce laps de temps, court en soi, Geda observait les alentours à la recherche d'un issue pour s'échapper. En temps normal, un soldat de la République ne devait pas fuir. Ce n'était pas ce qu'on apprenait aux jeunes recrues de l'académie militaire de Coruscant. Cependant la femme avait l'intuition que cet homme n'était pas là pour les mêmes raisons qu'elle. Peut-être que si, mais il n'avait pas l'allure d'un médecin, donc son objectif final devait être forcément différent. A quelques pas seulement d'elle, se trouvait une fenêtre dont la vitre avait totalement était brisée. Elle menait sur un rue à l'arrière de la demeure. Geda reporta son attention sur son sac, puis sur le droïde, et finalement sur l'inconnu qui leur faisait face. Sans plus attendre, la jeune femme fit demi-tour pour sauter à travers la fenêtre, s'éraflant au passage les genoux sur les morceaux de verres tranchants qui étaient resté accrochés sur la structure en bois. Sans faire attention à la douleur qui se faisait sentir ni au sang chaud qui commençait à apparaître sur le tissu blanc de son pantalon, la jeune femme entama une course pour s'éloigner rapidement de l'endroit et rejoindre le vaisseau qui l'avait emmené sur cette planète. La ville était grande, complexe. L'arrière de la demeure ne la ramena pas à l'entrée de la ville, au contraire, elle s'enfonçait plus profondément dans les entrailles de cette dernière, jusqu'à se perdre dans un dédales de rues.

Elle avait laissé derrière elle son droïde, XP, qui ne serait probablement pas attaqué par cet étranger, il n'était aucune menace. Son sac par contre, c'était une autre histoire. Il contenait tout son matériel et ses quelques recherches menées sur cette planète. Elle n'aurait pas pu l'emmener avec elle. Trop lourd, trop encombrant. L'autre problème, potentiellement grave, c'était qu'elle n'était armée que de son scalpel. Certes il était tranchant, mais il n'était pas aussi efficace et protecteur que son blaster laissé sur place. Encore une fois, le temps jouant en sa défaveur, la jeune femme avait fait le choix de la fuite, plutôt que de prendre le risque d'affronter cet étrange inconnu. Elle courait, courait encore. L'avait-il suivi ? A bout de souffle, Geda s'inséra dans un espace étroit, entre deux maisons. Elle glissa son corps svelte entre les vieilles pierres, avançant à reculons, le pas lent et discret, sans vraiment faire attention à ce qui se passait derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 544
MESSAGES : 38
AFFILIATION : Empire Sith
Avatar : Adam Driver
Crédits : Class Whore

Profil
Inventaire:
Au-delà des frontières
leto & geda

La peur, ils cherchaient tant à la dissimuler, tous, et s'enfuyaient au moindre bruit pourtant. Leto ne suivit la jeune femme que des yeux, elle était souple, sur son corps se dessinait des muscles fins que l'effort faisait se tendre en un instant. Pas une simple femme donc, mais quelqu'un sachant comment survive comme le montraient ses réflexes également. Soit. Intéressant...
Elle devait être simplement seule avec le droïde, celui-ci ne se montrerait pas protecteur ainsi sinon, intimidant. Il se contenterait de contacter de l'aide. Ils n'avaient pas d'aide.
Ces informations là, Leto les rangea dans un coin de son esprit. La Force déciderait de si oui ou non ils seraient amenés à se recroiser sur cette planète. Le robot était encore là...Il y avait un sac aussi, le sith ne s'en approcha pas.
Un de ses défauts, ça, nombreux défauts même, vouloir réfléchir par lui-même, ne faire confiance qu'à son propre esprit. Ainsi, Leto refusait de connaître les recherches des autres parfois ou même de s'y intéresser. Une forme de dédain dont son maître le disputait souvent, mais le sith était trop jeune, trop fougueux pour y porter attention.
Il était intelligent, qu'importe les mots d'autrui alors ? Pas besoin de les lire, de les voler, pas quand Leto possédait les siens.
Il ignora le droïde, il ignora le sac, se penchant sur le corps momifié, son histoire. Les os et les membres étaient en place, rien ne manquait. Malgré un environnement ouvert, aucun animal fouisseur ou carnassier n'était venu se repaître du corps.
Les yeux avaient fondu, mais pas de trace sur les paupières de coups de crocs ou de griffes, rien ne les avait mangé. Enfin, chacun des orifices présent dans ces chairs desséchées était propre, beaucoup trop propre.
Pas de larve, pas d'insecte.
Quel était-il réellement, ce monde où rien ne semblait vivre si ce n'est la végétation ? La verdure était là, partout, présente, oppressante... Elle aussi, il lui faudrait l'étudier.
L'homme se redressa, les sourcils froncés. Il n'y avait pas de cycle de vie et de mort ici, rien. Juste...la disparition ?
Un instant, il se demanda si les plantes qu'il voyait pouvaient pourrir ou restaient ainsi éternellement, sans muer, sans évoluer. Un frisson lui parcouru le dos...
Leto comprit qu'il lui faudrait trouver d'autres corps, les examiner, y chercher désespérément des traces de vie surtout. Des rongeurs pour en emporter les os, grignoter les vêtements, des larves d'installées, prêtes à éclore, quelque chose, n'importe quoi !

Il sortit de l'habitation, foulard et masque toujours sur son visage. Cela avait été une erreur de venir ici, il ne trouverait rien capable de correspondre à ses plans. Au contraire, Leto sentit le besoin soudain de raconter cette planète à son maître et de trouver dans sa sagesse de quoi calmer le sentiment qu'elle lui inspirait.
Il avait la gorge sèche, la langue pâteuse...
Il avait peur aussi un peu, incapable de comprendre les règles de ce jeu, la logique qui existait pourtant ici mais ne s'appliquait pas à tout ce qu'il pouvait déjà connaître des univers.
Quelques pas dans l'air du dehors lui firent du bien. Par terre, ses yeux accrochèrent aux traces de fuite de la jeune fille. Elle ne devait pas être loin sûrement, cachée, tremblante....

 « Des momies encore mieux conservées que dans les vitrines d'un musée, n'est-ce pas ? »

Il avait parlé d'une voix forte dans la direction que les traces indiquaient qu'elle avait prise.

« Le robot attend avec ton sac. »

Leto s'éloigna, regardant les façades désolées, essayant de deviner laquelle renfermait de quoi assouvir sa curiosité.

 « Parle-moi, raconte-moi... »

Murmura-t-il au vent et à la terre humide sous ses bottes. Mais la planète ne voulait encore lui dévoiler le moindre de ses secrets ...
Revenir en haut Aller en bas
Au-delà des frontières
leto & geda

La belle captait les bruits environnants, tapie dans l'ombre des deux murs qui la protégeaient. Sa respiration était ralentie, volontairement, sa bouche entrouverte laissait filer un mince souffle d'air chaud qui faisait bouger son masque de protection. Elle ne bougeait pas, ou très peu, ne désirant pas que l'homme en noir ne la retrouve. Son regard se baissa sur ses genoux blessés, puis sur des traces sur le sol qu'elle avait laissé dans sa fuite. Ses iris céruléennes se levèrent en direction du ciel, exaspérée par sa propre réaction. C'était certain, il la retrouverait. Les traces de sang qui pigmentaient le sol,  à certains endroits, lui serviraient de fil conducteur jusqu'à la planque de la jeune médecin. Elle ne pouvait pas rester ici plus longtemps, il fallait bouger. Geda glissa entre les pierres pour finalement prendre une autre rue, la démarche claudicante. Elle luttait contre la douleur qui s'emparait de ses deux genoux, sentant les minuscules cristaux de verres enfoncés dans la chaire bouger à chacun de ses mouvements. La mâchoire serrée, les sourcils froncés, elle se hâta de pénétrer dans une maison abandonnée, collant son œil contre un trou laissé dans le bois de la porte. Une voix masculine retentit dans le coin, celle de l'homme qui rôdait dans les alentours. Il était là, à quelques pas seulement de la planque dans laquelle elle se trouvait. Elle pouvait presque entendre le bruissement de ses pieds sur le sol, son souffle régulier et maîtrisé. Ce n'était pas un homme ordinaire, c'était certain. Pourtant elle ne le voyant pas, aucune ombre sombre ne semblait se dessiner devant elle. Peut-être avait-elle encore une chance ?

A l'autre bout du village abandonné, le droïde XP vaquait à ses occupations. Il avait vu sa propriétaire partir à travers une fenêtre brisée, se blessant par la même occasion dans sa fuite. L'autre humain, celui avec le regard sombre et le visage masqué, était lui aussi parti, après avoir observé les cadavres séchés. Ces humains étaient décidément trop étrange pour le pauvre XP laissé à l'abandon. Ses rouages grinçaient à chacun de ses mouvements. Il contournait les corps et s'empara du matériel de sa propriétaire. Son visage robotique dénué de la moindre expression, se mit à fixer un point de le vide. Il sortit ensuite de la demeure, dans l'objectif de retrouver Geda et de lui rendre son arme. Il le savait, sans son arme, la jeune femme n'avait aucune chance de survivre dans cette ville hostile. Car le droïde l'avait remarqué, contrairement à la médecin, quelque chose clochait. Cela allait bien au-delà d'une simple épidémie. Ils n'étaient pas seuls.

La jeune femme tenait fermement son scalpel entre ses doigts, le visage tendu toujours collé contre la porte. Il passa finalement devant elle. Geda retint son souffle. Un coup de chance, ou par pur hasard, l'homme en noir ne se retourna pas dans sa direction, faisant mine d'observer les façades délabrées des demeures de la ville. Elle captait chacun de ses mots, sa voix grave semblait raisonner dans ses oreilles. C'était comme s'il était juste derrière elle. Que devait-elle faire ? Devait-elle continuer à fuir dans l'espoir de retrouver un jour le vaisseau ? Ou devait-elle suivre son instinct ? Les muscles de la mâchoire se tendaient de plus-en-plus. Obnubilée par cette silhouette qui traînait non loin de là, par cette tignasse noire qui semblait flotter par moment au rythme de la légère brise, la jeune femme ne ressentait plus la douleur. Le choix était fait, il fallait agir pour survivre.

Le pas léger, tel un félin en chasse, l'humaine se déplaçait en direction de l'inconnu dont elle ne voyait que le dos. Elle captait chacun de ses mouvements, ses muscles costaux qui s'élargissaient au rythme de sa respiration régulière. Il était là, à quelques pas seulement. C'était risqué, sa vie ne tenait qu'à un fil. Elle le savait, elle n'avait pourtant pas le choix. Geda préférait chasser sa menace plutôt que d'être chassée elle-même. Dans ce labyrinthe que formait la ville maudite, elle n'avait aucune chance de s'en sortir vivante avec un tel être à ses trousses. L'inconnu était beaucoup plus grand qu'elle. Cela ne l'empêcha pas de se hisser sur ses jambes et de pointer la lame affûtée de son scalpel sur sa jugulaire cachée par l'étoffe. Geda était médecin, elle savait soigner mais aussi où frapper pour provoquer la mort de son ennemi. « Arrêtez-vous ! » Dit-elle, de sa voix la plus grave. Dans son dos, la jeune femme ne pouvait pas capter la réaction de l'homme, elle restait prudente dans ses mots et dans ses actions, portant sa main libre sur le bras gauche de ce dernier pour l'immobiliser. « Qui êtes-vous et que faites-vous ici ? » Aucune réponse. La prenait-il au sérieux ? Geda resserra sa poigne sur le bras gauche de l'inconnu. « Je ne me répéterai pas, alors répondez ! » La fin de sa phrase se termina presque dans un hurlement de colère. Elle sentit ses genoux se ployer sous son poids, la jeune femme se redressa tant bien que mal. Une désagréable odeur de sang frais embaumait les environs, probablement liée aux plaies sanguinolentes au niveau des genoux de Geda. Elle tenait bon, mais pour combien de temps. Où était ce fichu droïde ? C'était le moment ou jamais pour apparaître ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 544
MESSAGES : 38
AFFILIATION : Empire Sith
Avatar : Adam Driver
Crédits : Class Whore

Profil
Inventaire:
Au-delà des frontières
leto & geda

Le scalpel était affuté, néanmoins un tel outil demandait pour être pleinement efficace, qu'une main ne tremble pas. Tout dans la voix de la jeune femme impliquait la panique, et puis il y avait l'odeur de sang de son corps blessé aussi, sa peur.
Par delà le masque protecteur contre les possibles maladies, lui faisant respirer un air purifié, et le tissu le recouvrant Leto craignait peu pour sa jugulaire ou son visage. Il considéra Geda avec ennui, prenant simplement le temps de tourner son regard vers elle, non la tête.
Encore une qui jurait comprendre que le monde ne passait que par la violence et l'agressivité...
Allait-il prendre la peine de lui répondre ? Leto ne considérait pas cela dans l'ordre de ses priorités. Elle n'était qu'un insecte, un moucheron sur son chemin.
Son chemin, lequel était-il en cet instant précis ? Quelque chose dans ses tripes lui hurlait de partir. L'homme se considérait comme quelqu'un de logique, capable de comprendre ses peurs quand il en éprouvait, trouvant ainsi le moyen de les dépasser ou de les écouter pour ne pas y perdre quelque chose de trop précieux.
Il ne la comprenait pas là, cette sensation de terreur froide, pareille à une nausée grandissante. Elle n'avait pas de but, pas de logique, semblable à une peur enfantine qu'il fallait réprimer.
Ignorant toujours le scalpel, la femme, Leto tenta de se remémoriser le visage des momies. Il les visualisait clairement dans sa tête sans que ne vienne le moindre effroi. La peur ne venait donc pas des morts, plutôt du silence. Ce même silence que la jeune femme avait essayé de couvrir avec sa voix tout comme lui quelques instants plus tôt. C'était cela l'erreur, il fallait écouter ce silence capable d'effrayer.
Il leva le doigt avec lenteur, lui intimant de se taire, de ne pas faire de bruit quelques instants.
Son geste même avait été léger pour qu'à peine un souffle d'air ne se déplace. L'homme montrait ainsi le contrôle qu'il aimait avoir de tout, y compris du moindre détail de l'environnement.
Toujours aucun chant d'oiseau, aucun bruissement d'insecte. Ils étaient peu loin de l'endroit où se trouvait le droïde, lui non plus on ne l'entendait plus.
Quelque chose dans ses muscles appelaient ceux-ci à se contracter, la menace du scalpel n'avait rien à y voir. Non, il s'agissait plutôt d'un réflexe de proie prête à fuir. A fuir quoi ?
De longues secondes passèrent, enfin Leto parla.

 « Je peux au moins te dire que je ne suis pas le danger ici »

Pas le plus grand tout du moins. La fille vacillait, essayant de rester debout. Elle risquait de déchirer encore plus ses blessures cependant, loin d'être de simples écorchures. Leto leva la tête, se fichant bien d'exposer son cou piqueté de barbe quelque peu. Le ciel était bleu, quelques nuages, pas d'oiseau là encore.
Dans les arbres, les feuilles bruissaient.
Les arbres...
La végétation, pour se protéger, pouvait-elle envoyer des spores capable de faire naître le délire et la peur ? Si les particules étaient assez fines, les masques pouvaient se révéler inefficaces...

 « Cesses tes enfantillages et concentres-toi sur les choses importantes, jeune fille. »

Y avait-il des monstres ici ? Non, Leto ne le pensait pas. Une malédiction ? Encore moins.. L'air était lourd, poisseux, il lui semblait sentir au loin des effluves de décomposition : bois mort, plantes, fougères... Les forêts devaient certainement contenir bien de tourbières. Un air capable de macérer, des plantes qui semblaient se suffire à elles seules pour croître..

 « Intéressant, si des spores rentrent dans tes plaies ouvertes.... »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars: Echoes of the Force :: Anciens RPS-
Sauter vers: