Heavy departure [Ash & Maxir]


 

 :: Anciens RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Heavy departure [Ash & Maxir]

Heavy departure
ASH GRAYSON & Maxir Korden
La pression n’était pas tant venue lorsqu’il avait envoyé un message à Ash que quand il avait réellement dû partir sur le lieu du rendez-vous. Finalement il n’avait pas réalisé ce que son choix impliquait que lorsqu’il avait mis quelques-unes de ses affaires dans un sac et était partie de la résidence du clan Korden. Le complexe rassemblait plusieurs bâtiments abritant cousins, oncles, famille éloignée et commerce familial. Maxir n’avait pas fait d’au revoir, seulement à une de ses petites sœurs à qui il avait proposé de s’enfuir… Mais c’était tout. Ces précédents départs, après avoir eu des permissions avaient été bien différents. Ses parents avaient organisé des banquets, des fêtes et les embrassades du dernier jour étaient interminables. Aujourd’hui, il passait le portail seul, anonyme. Il n’avait sur lui qu’un simple sac utilitaire, le genre de sac qui n’indiquerait pas qu’il comptait partir et, peut-être, ne jamais revenir. Il avait seulement pris quelques habits, des documents importants et quelques hologrammes auxquels il tenait. Vu ce qui se passait sur Kiffu et le nombre de membres de sa famille, on se rendrait compte de son absence au bout de quelques jours certainement. Peut-être moins si quelqu’un le cherchait pour une raison X ou Y.

Les pontons de Kiffu qui lui semblaient si habituels et insignifiants semblaient lui embourber les jambes. Il se sentait lourd. Son estomac se contractait et lui donnait envie de vomir. Il avait à peine pu manger quelque chose le matin même et il avait l’impression qu’il allait finir par tout régurgiter avant d’arriver sur le lieu du rendez-vous. Ses rêves, agités et terribles d’habitude, s’étaient fait plus mélancoliques cette fois. Tiraillé entre les pleurs de sa mère, les visages de ses frères et sœurs et la colère de son père, il avait eu l’impression, en se réveillant qu’il était déjà parti et qu’il ne faisait que subir le désespoir que les membres de son clan avaient ressentis… Pourtant il avait envie que ce soit finit, qu’il soit loin et qu’il se remette à travailler pour la République, pour s’occuper l’esprit.

A ce moment, son esprit était incroyablement perturbé, actif, trop actif. Il remarquait chaque petit détail, visage et son. Il enregistrait tout et cherchait dans les regards environnants une quelconque once de suspicion. Il n’était pas fait pour s’infiltrer, pour mentir, pour se faufiler, inconnu, entre les foules. Il transpirait plus que d’habitude. Maxir sentait son torse coller contre sa chemise. Comment marcher naturellement ? Où devait-il diriger ses yeux ? Avait-il l’air trop sérieux ? Suspect ? Ses pensées semblaient se livrer à une bataille dans sa boite crânienne et il voulait juste que tout s’arrête. Il aurait voulu qu’on prenne cette décision pour lui. Chaque pas, chaque seconde, il essayait de trouver des raisons de rester, de résister… Mais comment résister quand sa famille avait décidé de collaborer ? Il n’y arriverait pas. Il serait soit tué par l’Empire ou alors tué par les siens. Il ne voulait pas leur donner ce choix à faire.

Traversant une des places principales, il tenta de se fondre totalement dans la foule. Des divisions de l’Empire patrouillaient. Maxir jeta un léger coup d’œil en espérant ne pas voir la sith qu’il avait croisé quelques jours auparavant. Aucun signe d’elle. Il se faufila derrière un bâtiment et descendit dans les niveaux inférieurs, creusés dans des montagnes de pierre. Arrivant à l’arrière d’une plateforme de livraison vide, il envoya un message rapide à Shaena, une vieille connaissance…

Citation :
Je suis au point de rendez-vous

Lorsque son doigt appuya sur le bouton d’envoi de son communicateur, il sentit un énorme poids lui tomber des épaules. C’était fait. Maintenant on ne pouvait plus retourner en arrière. Maxir prit un instant pour respirer. Il s’appuya contre le métal qui lui refroidit son corps bouillant. Ses mains étaient serrées et son cœur battait à toute vitesse. Vivement qu’il soit loin, vivement qu’il arrive à Coruscant, dans une base de la République… Il essayait de diriger son esprit vers ce seul objectif.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 1189
MESSAGES : 312
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : priyanka chopra
Crédits : shiya

Profil
Inventaire:
Heavy departure
ASH GRAYSON & Maxir Korden

Si Ash avait bati son réseau, c'était par une habile combinaison de moyens de pressions, de services rendus et de diverses faveurs à retourner. Elle avait toujours fait en sorte de payer ses dettes, matérielles ou pas, et de se trouver dans des positions où nombre de gens lui devait une faveur qu'elle réclamait lorsque le besoin s'en faisait sentir. Mais parfois, c'était elle qui en devait une, et c'était le cas avec Maxir, un cas qui arrivait bien rarement, quitte à devoir provoquer la chance quelque peu pour s'assurer que la personne ait rapidement beosin d'elle. Cela entretenait la confiance qu'elle réagisse immédiatement et sans douter, et construisait une base de relation forte, alors qu'ils ne se doutaient pas que la plupart du temps elle avait elle-même tiré les ficelles. Mais ce n'était pas toujours le cas.
Parfois, elle était aussi totalement réglo et désintéressée.

Elle avait rencontré Maxir quelques années auparavant, alors qu'elle était en infiltration sur une base neutre où Maxir était en transit. Par hasard, il avait découvert qu'elle n'était pas qui elle prétendait être, et travaillait pour la république et l'Ordre Jedi, ce qu'elle avait réalisé mais elle ne l'avait alors pas confronté espérant que cela n'aurait pas d'incidence. Cela n'était pourtant pas d'elle de ne pas détruire son ordre de mission, mais elle avait été mal préparée, et elle avait été envoyée à l'aveugle. Si elle avait des problèmes avec la république, cela aurait été son seul sauf-conduit. Il ne l'avait pas dénoncé, par loyauté peut-être, d'autant qu'elle cherchait à débusquer des agents impériaux planifiant une attaque sur son équipage. Mais au final, comme elle s'y était attendue, la mission avait mal tourné et pour protéger sa couverture, face à d'éventuels agents impériaux, elle avait pris Maxir en otage. Ils avaient alors eu l'occasion d'échanger quelque peu avant qu'elle ne le dépose sur une base républicaine. Elle n'avait pas révélé son identité originelle, pour lui elle était Shaena Firek, mais avait néanmoins sympathisé avec lui et lui avait confirmé qu'elle avait une dette et qu'il ne devrait pas hésiter à la contacter en cas d'ennuis. La plupart du temps, avec les gens comme Maxir, cela restait toujours très raisonnable. Quand elle avait reçu son message, elle n'avait pas été étonnée. Au vu de la situation sur Kiffu, il n'aurait pas été le premier Kiffar à vouloir quitter la planète, possiblement discrètement. Depuis le traité, elle était rentrée sous le giron de l'Empire, une situation qui avait divisé la population. Des familles s'en était retrouvées déchirées, et nombre de kiffar avaient certainement du s'éclipser pour ne pas se retrouver fichés par l'empire. Ou bien pire.

Ash n'avait donc pas hésité une seconde, de toute façon une personne de moins à enrôler de force par l'Empire était toujours ça de gagné. Elle n'était pas très loin lorsqu'elle avait reçu son message puisqu'elle rendait visite à l'un de ses indics sur Wroona, la plaque tournante du commerce dans la région ne pouvait qu'être un bon endroit où récolter des informations. Récupérant rapidement ce qu'elle était venue chercher, elle convient avec Maxir de venir le récupérer à des coordonnées précises. Un quai discret, de quoi embarquer rapidement sans faire de vagues. Elle le contacta en sortant de l'hyperespace et se mit en orbite attendant qu'il soit au point de rendez vous. Elle obtint sans trop de mal une autorisation d'aterrissage, elle n'avait plus qu'à attendre qu'il lui fasse signe, ce qui ne tarda pas. Dès le feu vert reçu, elle rejoignit le point de rendez vous. Son vaisseau n'était pas bien luxueux, un vieu coucou certains auraient dit, mais qui se fondait parfaitement dans la foule des vaisseaux de transport léger standard. Suffisamment petit pour ne pas passer pour un contrebandier, suffisamment grand pour être pourvu d'une cabine et des commodités nécessaires.

Elle sortit ouvrit le sas d'accès, sortant la tête, une main derrière son dos tenant un blaster. Elle n'avait senti aucune présence mais mieux valait s'ne méfier, elle savait à quel point cela ne voulait rien dire. Elle même était capable de masquer sa présence, elle ne se ferait pas avoir par ce genre de détails. Pourtant, les alentours étaient déserts en dehors de la présence de Maxir qu'elle avait perçu immédiatement. Son inquiétude et son trouble, il ne falait pas être jedi pour les ressentir. Elle lui fit un signe de tête pour l'enjoindre à monter sans plus de cérémoniel. Elle ne comptait pas s'apesantir ni s'attarder, il lui avait demandé de l'extraire, ce n'était pas pour taper la causette sur le tarmac. Elle préférait surveiller les alentours jusqu'à ce qu'il monte, puis fermer derrière lui et rejoindre le cockpit où elle lui fit signe de le rejoindre sur l'un des sièges. Il était tellement tendu que si un sith le poursuivait il l'aurait retrouvé rien qu'à son aura. Ash ne dit rien, et se contenta de décoller et de se mettre au plus vite en orbite avant de passer en hyperespace. Le voyage vers Coruscant ne prendrait que quelques heures et était en plus sur sa route, et il y serait le plus en sécurité. Une fois en hyperespace, elle se tourna vers lui, esquissant un sourire et d'une voix douce mais sérieuse :

- Je paie mes dettes avec joie, mais je t'avoue que j'aime bien savoir ce qui se passe... Je ne t'obligerai à rien, je ne suis pas là pour te tirer les vers du nez, mais...

Mais elle voulait savoir. Elle ne lui mettrait pas la pression, mais ne serait-ce que pour savoir si il avait des gens suffisamment au cul pour devoir se méfier de tout. Le voyage devrait être relativement calme, et il devrait arriver à bon port sans plus d'encombre, mais tant de stress ne pouvait pas venir de nulle part...



Revenir en haut Aller en bas
Heavy departure
ASH GRAYSON & Maxir Korden
Le vaisseau apparu et se posa. Maxir releva le regard. Pendant une seconde, une vague de panique coula dans ses veines. Et si ce n’était pas Shaena ? Et si c’était des agents de l’Empire ayant intercepté son message ? Quelqu’un de son clan ? Mais la porte s’ouvrit sur le visage de l’espionne de la République alors que Maxir soupira de soulagement. Un soulagement court car l’angoisse reprit immédiatement sa place malgré sa porte de sortie, claire et accessible. Bien entendu, les regrets et la colère bouillonnaient en lui comme une espèce de cocktail explosif. Il sentait sa pression monter doucement mais sûrement. Il voulait juste être dans une caserne de la République, sur un lit basique qui faisait mal au dos et respirer un coup. Ces derniers jours, avec l’Empire qui avait débarqué et saisit énormément de biens et de bâtiments, Maxir avait senti la pression monter au sein même de son clan. Les soldats de l’Empire étaient méfiants face aux anciens collaborateurs de leurs ennemis de toujours. Trop peureux de détruire sa couverture, Maxir ne chercha même pas à savoir si une résistance était en train de se mettre en place, ou si certains autres habitants qui étaient encore là haïssaient la présence d’une telle force sur Kiffu… Trop de risques, et surtout, il ne pourrait rien faire sur place. En rejoignant la République sur Coruscant, il pourrait au moins servir à quelque chose, même si c’était artificiel. Il espérait simplement retourner sur Kiffu libre dans sa vie. Ce qui n’était pas une possibilité qu’il contemplait comme évidente : après tout, la guerre avait duré tellement longtemps, qui sait combien de temps tiendraient-ils encore dans cette situation de tension ?

L’un dans l’autre, son avenir était flou, incertain et terrifiant. Seul et sans attache, il avait maintenant des objectifs simples, comme sur le champ de bataille : une étape après l’autre, et concentrer toute son attention sur le but qu’on s’était fixé pour éviter de penser à la mort. Il rentra dans le vaisseau et s’installa là où on lui dit de s’asseoir. Maxir qui était d’habitude assez bavard et sociable, était silencieux comme une tombe. Le regard fixe, les mains légèrement tremblantes, la gorge sèche et pâteuse… Lorsque Shaena lui adressa la parole finalement, il sembla presque surpris. C’était comme s’il avait oublié ce qui l’entourait et qu’il évoluait dans un lourd nuage qui floutait tout ce qui l’entourait. Ses yeux bleus se dardèrent un instant sur l’agent Républicaine avant de se perdre dans l’espace. Il déglutit et éclaircit sa gorge pour faire partir les signes discrets de sanglots qui menaçaient de lui serrer la gorge et le cœur. « Je crois que tu es au courant au sujet de l’Empire qui est arrivé sur la planète… » C’était quelque chose d’assez évident et même si il n’avait pas eu accès à un réseau pour vérifier, il était à peu près sûr que beaucoup de sites d’informations parlaient de ce qui se passait sur Kiffu. « Il y a pas mal de gens qui se sont échappé… Les Vos ont presque tous désertés. Il y en a qui se sont volatilisés et d’autres qui ont ouvertement rejoint la République. Après ça, les départs et entrées sur la planète sont devenus un peu plus difficiles. » les Vos étaient les dirigeants de la planète. Rien que ça. Mais maintenant que l’Empire était arrivé, il n’y avait plus de place pour les gouvernements de toute façon.

La situation était encore un peu floue. Personne ne savait vraiment ce qui se passait en haut lieu et l’information passait par rumeurs, on-dit et de bouche à oreille. Autrement dit, rien n’était vraiment fiable à ce moment-ci. Par contre, il y avait quelque chose dont Maxir était sûr, et ça, c’était parce qu’il l’avait vu de ses propres yeux et entendu de ses propres oreilles. Il serra un instant ses poings en essayant de paraître calme. « … Mais certains clans ont décidé de collaborer, facilitant l’implantation de l’Empire. » La nouvelle se propagerait vite de toute façon. Même s’il n’y était pour rien et qu’il n’avait eu aucune possibilité d’influencer la décision du patriarche, cela lui faisait quand même mal. « Mon clan par exemple… » dit-il, les yeux toujours tournés vers l’espace, se concentrant pour ne pas être tenté de regarder le visage de son interlocutrice et voir les divers sentiments qu’elle pourrait afficher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 1189
MESSAGES : 312
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : priyanka chopra
Crédits : shiya

Profil
Inventaire:
Heavy departure
ASH GRAYSON & Maxir Korden


Ash laissa Maxir s'installer avant de poser des questions. Elle sentait son trouble sans soucis, c'était comme de l'électricité statique dans l'air tant il semblait tendu et nerveux. Mais Ash ne perdait jamais de vue ce qu'elle était, et c'était une occasion d'avoir des renseignements. Et puis, elle voulait savoir quels risques elle prenait et qui était susceeptible d'être à ses trousses.

« Mmh-hm » acquiesça Ash, elle était bien évidemment au courant, mais ne voulait pas interrompre son passager. Elle se doutait que la transition n'avait pas été aisée et il suffisait de l'observer une seconde pour comprendre que c'était un point sensible. Les mondes passés sous domination siths étaient un point sensibles. Ash savait pertinemment ce qui allait s'y passer, et des temps sombres s'annonçaient. Elle nota mentalement, ces informations devraient être connues de l'Ordre. En tout cas, c'était l'un dans l'autre des nouvelles encourageantes, si certains avaient pu s'échapper à temps, mais cela voulait aussi dire qu'il n'y avait peut-être pas encore de noyau dur pour constituer une résistance à l'empire. Sur d'autres mondes la passation s'était faite de manière plus violente, et des planètes étaient encore déchirées par des guerres civiles. Cela pouvait sembler dérisoire face à la machine de guerre de l'Empire, mais cela permettait de conserver l'espoir. Et en ces temps troublés, cela voulait déjà dire beaucoup. L'Empire en s'agrandissant s'ouvrait aussi à des failles internes, et elles devraient venir de ces mondes.

A ses paroles, Ash comprit pourquoi il avait fait appel à lui. Elle avait eu de la chance de pouvoir passer au travers du blocus, mais elle avait l'habitude, et avait ses entrées. Tout était une question d'avoir les bonnes relations au bon moment, et surtout de savoir garder ce qu'on lui confiait. Des codes d'identifications valides par exemple. En tout cas les informations de Maxir sauraient être utiles, la situation restait floue sur ce qui se passait sur Kiffu, et elle n'hésiterai pas à faire un rapport préconisant l'envoie de personnes de confiance pour tirer les choses plus au clair, et tenter de trouver la résistance et la financer discrètement. Personne ne le lirait, bien entendu. Il y avait bien trop à reconstruire, mais certains seraient intéressés.

« On ne choisit pas qui nous met au monde. » et ça, Ash en savait quelque chose. Elle avait eu la chance de grandir dans une famille extraordinaire mais avait pu croiser bien des gens pour qui cela n'avait pas été le cas et qui pourtant n'avaient pas moins réussis à devenir - à mille lieues de ce que leurs parents, leurs clans, ou leur milieu avait attendu d'eux, des gens biens. Enfin, relativement bien, parce qu'Ash ne côtoyait pas vraiment que des enfants de chœur. « Mais on peut choisir ce qu'on y fait par la suite. »

Ash comprenait bien que lors de tels changements, certains décidaient de survivre en se laissant porter par le courant. Elle ne les blâmaient pas, leurs intentions étaient généralement bonnes, mais l'enfer lui aussi en était pavé. Toutefois, même si elle estimait que dans ces conditions il fallait d'autant plus rester pour se battre. Mais elle comprenait Maxir. Après tout, il quittait sa planète pour retourner au sein de la République, pour se battre à sa façon. Ash ne pouvait pas dénigrer cela, après tout elle aurait été incapable de s'élever contre sa famille, même si elle avait eu tort.

« Tu ne m'as pas dit où tu voulais que je te dépose. Je vais t'amener sur Coruscant, j'ai une planque là bas, et des gens qui pourront t'aider. On s'assurera qu'on n'est pas suivis, et si tout va bien je pourrai après te déposer où tu veux. » Ash préférait prendre ses précautions, elle redoublait d'attention ses derniers temps, une sale intuition qui lui collait à la peau, et elle avait appris à y prêter attention. De plus, elle se doutait que pour partir comme ça, il ne partait pas avec la bénédiction de sa famille. Elle avait ceci dit une petite idée derrière la tête, à vrai dire. Elle avait évoqué le cas de Maxir et Edrick s'était montré plus qu'intéressé, Ash imaginait par les renseignements de première main qu'il avait sur la situation sur Kiffu. Elle n'allait pas inquiéter le kiffar sans raison, mais leur escale sur Coruscant était prévue par le maître jedi, une demande à laquelle Ash s'était pliée sans rechigner.



Revenir en haut Aller en bas
Heavy departure
ASH GRAYSON & Maxir Korden
Shaena lui répondit que même si on n pouvait pas choisir où on naissait, on pouvait choisir ses propres actions. Vrai. Mais Maxir ne savait pas très bien d’où elle venait et dans quelle famille elle avait grandi. Si certaines races de la galaxie évoluaient dans des clans familiaux comme les kiffars, il savait aussi qu’une grande population humaine se contentait de la famille proche et s’en détachaient assez facilement pour tracer leurs propres chemins. C’était quelque chose de très compliqué à appréhender quand on avait passé toute sa vie au service de son propre clan et de sa planète. Maxir était quelqu’un qui suivait les ordres sans prendre ça pour une insulte et un asservissement. Il avait des fois fait des choses qu’il avait peu apprécié, mais il avait ses limites à ne pas franchir et il savait que certaines choses étaient des fois nécessaires. La réalité avait beaucoup plus d’imaginations que les principes que l’on se posait au calme, pendant un moment de réflexion. A la guerre, on prenait des décisions en quelques secondes, souvent en sachant pertinemment que ces choix allaient influencer la vie ou la mort d’autres personnes. Mais quand cela concernait des anonymes et des gens qu’il n’avait jamais vu de sa vie et ne reverrait jamais de sa vie, c’était plus facile. De simples visages qui défilaient sans vraiment avoir d’importance. Là, les visages, il les connaissait depuis longtemps et il en connaissait l’histoire. L’idée que si la guerre reprenait, sa planète serait, cette fois, en première ligne des affrontements, le rendait malade. Il ne pourrait jamais être envoyé là-bas pour abattre des membres de sa famille, partageant son sang…

Un petit temps de silence s’abattit dans le vaisseau, quelques fois interrompus par des « bip » ou des petits bruits mécaniques. Les mouvements semblaient presque faire comme un balancier, berçant doucement le mécanicien. Ce temps d’accalmie après avoir quitté sa planète lui sembla bienvenu pour son esprit comme pour son corps qui commençait à se décontracter. Il avait tout retenu à l’intérieur jusqu’à ce moment-là, tout laissé décanter tout au fond, et il pouvait enfin baisser la garde. Shaena brisa le petit silence pour lui demander où il voulait aller. Coruscant… Ça avait longtemps été sa base d’origine lorsqu’il avait été redirigé vers les réparations en hangar. Il connaissait quelques natifs là-bas et avait ses endroits préférés… C’était bien différent des paysages de Kiffu et des ambiances plus calmes et mesurées, mais là-bas, au moins, il ne serait pas sur le qui-vive constamment.

« Je ne sais pas… Je pense éventuellement rester sur Coruscant. Ils ont bien laissé une base là-bas n’est-ce pas ? » Il se passa une main sur le visage. « Je ne sais pas s’ils accepteront mon retour… Je devrais peut être faire une demande d’asile auprès d’un sénateur. Je ne sais pas vraiment comme ça marche j’avoue. » il marqua une pause avant de sourire en coin « J’ai tellement connu la République que je ne sais même pas comment faire quand on n’en fait plus partie. C’est presque ironique. » Il n’avait pas vraiment demandé comment faire ni cherché à savoir. Se sentant (possiblement faussement) observé de toute part, cela aurait été trop suspect. De plus, il n’aurait pas su à qui demander ou par où commencer. Coruscant serait un très bon point de départ pour s’occuper de tout ça. « J’ai longtemps vécu à Coruscant pendant la guerre. Je pense que j’arriverais à me débrouiller mais c’est gentil de me dépanner… Je ne sais pas très bien comment je vais me faire accueillir. Les nouvelles sur Kiffu sont déjà arrivées aux oreilles du Sénat ? » si beaucoup d’humains pouvaient cacher leurs origines, les kiffars n’avaient pas ce luxe étant donné qu’ils portaient les signes de leur appartenance directement sur leur visage. En plus d’avoir peur de se faire renvoyer chez lui, avec toutes les conséquences que cela impliquait, il avait encore plus peur de rester à Coruscant et de finir malmené juste pour ces simples bandes rouges sur son corps. S’il avait toujours considéré sa famille et son clan comme un soutient et une motivation pendant la guerre, à présent, il semblait qu’ils lui collaient à la peau une mauvaise odeur dont il ne pourrait plus jamais se débarasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars: Echoes of the Force :: Anciens RPS-
Sauter vers: