Mechanical souls [Killian & Maxir]


 

 :: Anciens RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mechanical souls [Killian & Maxir]

Mechanical souls
Kilian Vakarian & Maxir Korden
L’euphorie était palpable. Après la défaite de Ziost, le moral des soldats de la République en avait pris un coup. Les têtes étaient plus basses que d’habitude et l’inquiétude grandissait auprès des gradés et des généraux. Sur la plateforme centrale de Coruscant, une activité ininterrompue alimentait les couloirs et les hangars tel les veines d’un corps excité. Très peu de personnes marchaient simplement et la plupart des gens couraient ou trottinaient. Pourtant on n’était pas au milieu d’une quelconque bataille… Pourtant, les batailles, des fois à l’autre bout de la galaxie, rythmaient les vies des soldats à l’œuvre. Il fallait se préparer, il fallait se regrouper, il fallait réparer et il fallait soigner. La plateforme centrale était un point stratégique vers lequel coïncidait beaucoup de vaisseaux et d’armées. Quand il fallait chercher des munitions ou de nouveaux vaisseaux, c’était ici que l’on devait aller. Quand il fallait faire réparer quoi que ce soit, on avait plus de chance de redécoller dans les jours qui suivaient aussi ici.

Maxir avait été alloué au hangar principal. Après que le vaisseau dans lequel il était avait été sabordé et détruit par l’Empire à Ziost, il avait été retiré des batailles de front. Lors de son examen médical en revenant le médecin lui avait annoncé qu’il pensait que rester un peu plus loin des affrontements serait une bonne chose pour lui. S’il avait pu voir son dossier, il aurait remarqué que ses tests sanguins et sa tension étaient soulignés en rouge, indiquant un très fort stress. Le mécanicien avait aussi omis de dire que quand ses nuits n’étaient pas volées par des insomnies intenses, elles étaient constellées par des cauchemars terribles le faisant revivre encore et encore le meurtre d’un officier sur le Hammerhead qu’il avait servi.

Depuis, le mécanicien se tuait à la tâche. Même quand la moitié de ses collègues étaient partis pour se reposer ou boire un coup, lui restait dans le hangar, glissé sous des vaisseaux ou entre des panneaux de contrôle. Il s’était fait plus grave, moins rieur et surtout, plus susceptible tout d’un coup. Ses camarades avaient mis ça sur le fait d’avoir perdu beaucoup de connaissance à Ziost… C’était certainement vrai, mais il fallait ajouter à ça les espèces de démons qui semblaient le hanter en permanence.

Ce soir-là, le ciel de Coruscant s’était teinté de bleu et de violet. L’activité urbaine de la planète-ville ne s’estompait jamais mais quelques fois, on avait l’impression que les vrombissements de vaisseaux se faisaient plus éloignés. Le hangar était plus calme que quelques heures auparavant. Marxir avait dans sa main une tablette transparente qui affichait les tests d’électricité et d’énergie sur un vaisseau endommagé. Le vaisseau en question avait déjà une bonne paire d’années de service et il avait été donné aux jedi. Ces derniers commençaient à ne plus avoir une aussi bonne réputation qu’avant face à l’enlisement des conflits et les défaites. Maxir pénétra dans le vaisseau qui était assez petit. Il servait surtout à transporter de petits groupes d’individus et permettait de se défendre à l’aide de deux petites tourelles situées aux extrémités de l’appareil. Les yeux plongés sur les données clignotantes sur sa tablette il manqua de ne pas avoir une personne dans l’appareil. Il s’arrêta soudainement et leva son regard. « Oh… Désolé, je ne vous avez pas vu… » il mit quelques secondes à s’habituer à la faible luminosité de l’appareil et réalisa finalement qu’il parlait directement à un jedi. « Je suis ici pour retaper le vaisseau… Enfin… » il jeta un coup d’œil aux alentours « … Essayer de le retaper. » commenta-t-il. En effet, le vaisseau qui n’était plus tout jeune avait aussi subi quelques gros dommages. Seuls des diagnostiques étendus diraient si cette épave arriverait à voler plus de quelques jours. « Vous pouvez me dire ce qui est arrivé ? » demanda-t-il. Que ce soit des attaques magnétiques, un crash ou un sabotage, chaque possibilité signifiait des réparations différentes plus ou moins longues.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 284
MESSAGES : 534
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : @greyguizmo

Profil
Inventaire: Deux sabres laser bleu & vert
La guerre. Cela faisait plus de vingt ans que la galaxie était plongée dans les affres des combats, et que Kilian allait d’un front à un autre, d’une bataille à une autre. La République était en mauvaise posture, et les Jedi n’étaient guère mieux lotis dans ce domaine. Comment avaient-ils pu se laisser déborder de la sorte. La réponse semblait simple pour certains. L’incompétence des Jedi. De son point de vue, le maître pensait simplement comme son maître que l’Ordre avait eu tort de vouloir à chaque fois éliminer définitivement les Sith et les utilisateurs du côté obscur. A chaque fois, ils étaient revenus plus fort et avaient pris tout le monde par surprise comme cette fois. A mesure que la guerre avait avancé, les responsabilités de Kilian avaient augmenté en conséquence. On lui confiait de plus en plus de tâches et de commandement. Il en était venu à commander plusieurs contingent de Jedi et de soldats dans toute la galaxie. Un rôle qu’il n’avait pas cherché mais qui était simplement venu à lui. Une reconnaissance mais aussi un poids à porter chaque jour. La vie de nombreuses personnes reposaient sur ses épaules. Cela lui donnait le tournis lorsqu’il y pensait, mais il se ressaisissait vite pour ne pas se laisser envahir par les doutes. De toute manière, chaque décision était mûrement réfléchie et posée avant d’être prise. Parfois la méditation l’aidait à y voir plus clair.

Ce soir-là, Kilian était de retour sur Coruscant après un énième voyage sur le front. Il avait aidé à déposer des troupes dans un poste de surveillance. Malheureusement, au retour, son vaisseau déjà bien vétuste avait été attaqué… Seules les compétences dans la Force du pilote, au maigre compétence dans ce domaine, avait réussi à les sortir tous deux de cette situation possiblement catastrophique. Le maître avait atterri dans le hangar principal et demandé un coup de main au soldat pour les réparations. Ces derniers s’étaient exécuté de mauvaise grâce, mais le vaisseau serait réparé au mieux des conditions actuelles. Il ne pouvait les blâmer pour leur rancœur actuelle. Mais ils oubliaient souvent que les Jedi n’étaient pas des êtres tout puissants, et qu’ils possédaient aussi leur limite. L’Empire était mieux préparé et surtout trop nombreux pour être capable de se défendre convenablement sur tous les fronts. Peut-être aurait-il fallu se concentrer sur quelques planètes uniquement et prendre la décision d’en abandonner d’autres. Les choses étaient à présent trop avancée pour ce genre de réflexion, et de toute manière, cela allait à l’encontre de ses enseignements. Ce type de décision ne faisait pas partie de son registre. Kilian se déplaçait dans le vaisseau, en touchant de temps en temps la tôle comme pour communiquer avec lui. Il était telle une ombre dans l’appareil, silencieux et se mouvant dans les ombres presque involontairement. Il était plongé dans ces réflexions.

Kilian tomba face à un mécanicien absorbé par une tablette clignotante durant ses pérégrinations. Il l’avait senti approcher sans forcément y prêter plus d’attention que cela. Ce n’était pas un ennemi ni un espion, juste un homme torturé de ce qu’il en percevait pour le moment. Généralement le maître ne s’arrêtait pas sur ce genre d’impression, car il n’était pas un expert dans ce domaine. Un mouvement négatif de tête fut sa première réponse, tandis qu’il abaissait la capuche de son vêtement pour dégager ses traits. Un signe de tête suivi d’un léger sourire accueillirent les paroles suivantes du mécanicien. Pour le moment, le Jedi le laissait terminer ses phrases et surtout s’habituer à sa présence qui avait semblé l’étonner auparavant.


_ « Faites de votre mieux. Il est certes en piteux état et ancien, mais il reste un vaisseau robuste. Et c’est ce qui compte en ces temps troublés. »

Kilian avait parlé d’une voix calme et posée, comme il le faisait toujours. Il était souriant en cet instant, plutôt amical… On aurait pu croire que la situation n’était pas aussi catastrophique qu’elle en avait l’air. C’était sa manière de mettre à l’aise son interlocuteur, et de tenter de nouer un lien quelconque avec lui. Après tout de son travail dépendrait sa survie et celles des futurs passagers de l’appareil. Autant tenter de le mettre dans de bonnes dispositions pour le moment.

_ « Nous avons subi une attaque sur le chemin du retour. Il me semble qu’il y avait des bombes magnétiques de mémoires, et surtout des attaques de roquettes. Malheureusement il faut avouer que je ne suis pas un pilote hors pair, et que l’on ne doit notre retour qu’à la Force. » Son expression s’était contrite en prononçant ses mots. La Force. Un sujet parfois délicat et tabou pour les soldats. Cela dépendait des individus évidemment. Il continua cependant. « Vous pensez pouvoir lui permettre d’effectuer encore quelques vols ? D’ailleurs si ma présence vous gêne pendant les réparations, je peux vous laisser seul avec le vaisseau. »

Difficile de connaître les habitudes d’une personne inconnue, que l’on rencontre pour la première fois. Et pourtant cet homme l’intriguait. Une sorte d’aura sombre et morbide l’entourait, mais il ne pouvait pas la qualifier comme une force du côté obscur. Ce n’était ni lumineux ni obscur juste sombre. L’autre chose étonnante était son origine. C’était très rare pour le Jedi de croiser des kiffar, que ce soit parmi les soldats comme parmi les membres de l’ordre.


Un Jedi utilise la Force pour la connaissance et la défense,
jamais pour l'attaque.
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Mechanical souls
Kilian Vakarian & Maxir Korden
L’homme lui fit un signe de la tête avant de sourire doucement. Maxir n’était plus habitué. Il fallait dire que les militaires étaient rarement très souriants à part peut-être dans les cantinas pour dépenser leurs salaires en alcool… Alors que la République perdait pas mal de batailles et de positions, la frustration des dirigeants se répercutait jusque tout en bas de la ligne de hiérarchie sur tous les soldats de l’armée. Les gradés frustrés faisaient rarement de bons chefs et ils étaient peu nombreux ceux qui savaient garder pour eux leur colère et leur désespoir. Il n’y avait pas beaucoup d’occasions de se réjouir : lorsqu’on en arrivait à être soulagé que la moitié d’une flotte revienne au bercail, on finissait par arrêter de célébrer la survie de ses camarades. Le kiffar avait l’impression d’attendre le moment où ils ne reviendraient plus, tout simplement. Au lieu de prendre le temps d’espérer, de rêver, Maxir avait simplement arrêter de s’attendre à un dénouement positif. C’était plus simple et plus pratique. Au moins, on n’avait plus que des surprises positives (si on en avait).

Le mécanicien avait croisé quelques jedi déjà. Que ce soit dans des batailles, dans ce hangar ou à l’extérieur, il ne les avait jamais vraiment approchés de très près. Il n’en avait pas peur ni ne s’en méfiait, mais ils semblaient tous dégager une aura particulière qui l’intimidait. Il avait l’impression qu’ils étaient à un autre niveau d’existence que le sien : plus haut que tout cela, bien plus sage que tous les êtres qui voyageaient dans la galaxie. C’était aussi pour cela que les sith le terrifiait plus que certains. Cette connexion à la Force les rendait, selon lui, comme une espèce de catégorie à part d’êtres. Face à une personne comme lui, mécanicien qui passait son temps dans le cambouis, il n’y avait même pas lieu à faire de comparaisons tellement ils n’étaient pas dans la même catégorie.

Le jedi lui confia que le vaisseau, malgré son apparence présente, était solide malgré tout. Maxir se pencha et observa un des panneaux de contrôle intérieur et appuya sur un bouton avant de constater que la moitié des voyants avaient l’air hors d’état. Il hocha la tête aux dires du jedi tout en observant sa tablette une seconde fois. Un goût de brûlé lui envahis soudainement la bouche. Sa salive devint pâteuse et difficile à avaler. Le mécanicien serrant en un poing, sa main libre. A cause du stress, du manque de sommeil et de la présence d’un jedi, il devait être plus sensible à son don que d’habitude. Il attrapa des gants qui pendaient à sa ceinture et les enfila rapidement alors que l’autre homme lui décrivait ce qu’avait vécu le vaisseau dernièrement. Maxir secoua la tête en esquissant un sourire « Non non, vous pouvez rester pendant les réparations… » peu de gens étaient aussi polis ou attentifs envers les mécaniciens d’habitude. Certains soldats oubliaient que les techniciens qui travaillaient sur leurs équipements étaient aussi des personnes engagées dans l’armée…

« J’ai l’impression que le vaisseau en lui-même peut encore tenir. Mais les boucliers sont foutus et quelques câbles doivent être changés au moins. » dit-il en posant sa tablette sur le sol en s’accroupissant. Il détacha un panneau de la paroi et fit une légère grimace. « C’est quel modèle celui-là ? J’en ai pas vu depuis un bail… Et j’ai l’impression qu’il a été modifié… Je me trompe ? » avant la guerre, les modes et les modèles se succédaient. Un coup les vaisseaux amélioraient les propulseurs, un autre coup c’était l’aérodynamique de la carrosserie et un autre coup c’était les systèmes internes… Mais la guerre avait le don de perturber ce genre de fonctionnement : on faisait avec ce qu’on avait et on improvisait. De vieilles épaves se faisaient retaper et arpentaient la galaxie, cohabitant avec des modèles de dernière génération. Malheureusement, dans la République, les usines qui marchaient encore fonctionnaient au ralenti et on faisait beaucoup de récupération.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 284
MESSAGES : 534
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : @greyguizmo

Profil
Inventaire: Deux sabres laser bleu & vert
Vu le peu d’enthousiasme des responsables du spatioport pour sa demande, Kilian ne s’était pas attendu à voir un mécanicien débarqué aussi rapidement pour les réparations. C’était une bonne chose. On avait besoin de lui pour des missions de façon urgente, et il préférait les accomplir que d’avoir à demander l’aide d’un autre membre de l’Ordre. Tous étaient occupés, et tous avaient des obligations. La guerre était vraiment quelque chose d’effrayant en soi, mais d’un autre côté, le maître n’avait jamais connu que cette existence… ou presque. Cet homme en face de lui l’intriguait, principalement à cause de cette aura bien particulière qui l’entourait. Un voile de mystère imperceptible pour le moment, même si quelques idées commençaient à germer dans son esprit. Il ne se permettrait cependant pas de fouiller l’esprit de son interlocuteur pour obtenir des réponses, et il se contenterait simplement de l’interroger si la conversation s’y prêtait. Le Jedi tentait d’encourager le mécanicien à faire tout son possible pour les réparations. Il n’avait guère envie de se lancer dans un débat comme la dernière fois, où le responsable avait eu envie de se débarrasser de ce vaisseau. Les moyens de l’Ordre étaient plutôt limités, et les Jedi ne pouvaient se permettre de perdre un seul et unique vaisseau. Cette fois, le début fut long et houleux entre les deux hommes. Excédé et épuisé, Kilian avait un peu perdu son sang-froid légendaire devant cet homme buté et déterminé. Au moins, le mécanicien de cette fois semblait plus enclin à réparer le vaisseau.

Le Jedi continuait d’observer cet homme face à lui, et sa réaction après avoir touché le vaisseau lui rappela le souvenir d’un autre kiffar de sa connaissance. Une réaction similaire. Cela pouvait expliquer cette aura l’entourant. Kilian préféra ne pas relever, et se contentait de continuer sa prise de parole simplement. Sa dernière question obtint une réponse rapide. Le mécanicien lui permettait de rester. Le maître aurait l’occasion de voir quelques réparations, et peut-être être en mesure de dépanner certaines choses tout seul. Et puis il préférait le calme de l’appareil, que l’agitation de la cité. Le silence était apaisant après le bruit des batailles. Un hochement de tête accueillit son analyse. Ce n’était pas si catastrophique de son point de vue, même si il ne pouvait appréhender l’ampleur réelle de telles réparations.


_ « Pour le modèle vous m’excuserez mais mes connaissances dans ce domaine sont plutôt sommaires. Je n’ai pas pensé à demander plus d’informations lorsque le vaisseau m’a été confié. » Il marqua une pause et haussa les épaules avant d’ajouter. « Certains initiés et padawan avec des connaissances en mécanique selon leurs dires ont tenté certaines réparations en dépannage. Maintenant je ne peux vous dire exactement ce qu’ils ont fait. »

Ces connaissances en mécanique se limitaient aux bases, et aux quelques conseils et recommandations glanés ici et là. Il n’avait pas jugé utile de faire un listing des modifications du vaisseau. Mais à cet instant, il avait l’impression que c’était une erreur de sa part. Le mécanicien semblait avoir des choses à dire sur ces dernières. On était en tant de guerres, et il fallait bien faire avec les moyens du bord. Les vaisseaux devaient tenir coûte que coûte, et accomplir leur mission jusqu’à leurs destructions.

_ « Désolé de ne pas vous être plus utile, mais vu que je suis là, n’hésitez pas à profiter de ma présence pour vous accompagner dans vos réparations. Nous irons peut-être plus vite à deux »

Certes Kilian n’était pas mécanicien, mais c’était une personne attentive et concentrée. Et puis il était motivé car sa survie dépendait du bon fonctionnement de ce vaisseau. Ce serait aussi l’occasion de discuter un peu et d’éclaircir les quelques mystères autour de cet homme.

_ « Vous n’êtes pas obligé de répondre, mais vous êtes bien un kiffar n’est-ce pas ? Vous venez de quelle planète ? »

Kilian avait retenu l’existence de deux planètes, habitables de mémoire. Il avait été souvent plus passionné par les histoires de son ami que par ce genre d’information. Sa mémoire semblait être capable de sélectionner les informations utiles sans son aide.


Un Jedi utilise la Force pour la connaissance et la défense,
jamais pour l'attaque.
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Mechanical souls
Kilian Vakarian & Maxir Korden
Le jedi avoua qu’il n’y connaissait pas grand-chose en mécanique. Il ajouta cependant que certains padawan et initiés avaient effectué des réparations sur ce vaisseau, Maxir hocha la tête. Après, ce n’était pas forcément dramatique de ne pas savoir le modèle ni les modifications effectuées. L’armée lui confiait quelques fois des vaisseaux récupérés à droite et à gauche qu’il devait retaper. Ils n’avaient strictement aucun détail sur les machines en question et il se retrouvait souvent à devoir tout vérifier de A à Z sinon il pouvait courir le risque de remettre en circulation un vaisseau défectueux qui abandonnerait certainement son équipage au pire moment possible. Après, ce vaisseau-là ne semblait pas particulièrement négligé. Et si il n’y avait que les dégâts de l’attaque à réparer, cela serait bien plus simple. En tout cas, derrière ce panneau, Maxir pouvait voir des câbles vieux comme neufs. Certains ne semblaient même pas mit aux bons endroits. Dans certains cas, cela pouvait quand même faire marcher le vaisseau mais cela causerait de l’usure plus rapidement ou des défauts de connexion si l’engin prenait bien trop de dégâts… Il prit note dans sa tête de remplacer ces câbles avec quelques autres qu’il avait en réserve. Il se dit aussi que vu la réputation des jedi, il éviterait de dire exactement ce qu’il avait fait avec les câbles pour s’éviter une séance de remontrance…

« Je pense que ce sera assez sommaire au niveau des réparations de base. Après je peux éventuellement retaper certains trucs qui n’ont pas l’air d’être en bon état, histoire que vous n’ayez pas à réparer tous les deux ou trois mois. » certains seraient particulièrement satisfaits de ne pas voir les jedi revenir mais en même temps, ils ne voulaient pas non plus leur donner de matériel ou l’aide nécessaire pour qu’ils s’en aillent… Tout un paradoxe auquel Maxir ne participait pas. Après tout, son équipage aussi avait failli à sa tâche mais ce n’était pas pour cela qu’il était ostracisé et mis à l’écart. Et pourtant, peut être que l’armée gagnerait à le tenir éloigné de toute bataille…

Il leva la tête vers le jedi et sourit doucement « C’est une bonne idée. Venez par ici… » il décrocha un second panneau, juste à côté du premier et il montra un câble un peu plus loin. Il semblait être branché dans la paroi et était bleu. « Vous voyez ce câble-là ? C’est un câble d’énergie, celui qui fait fonctionner les boucliers. Possible qu’il ait grillé dans votre attaque. Je vais réactiver les fonctions axillaires un moment et vous me direz s’il devient chaud. Ne le touchez pas, vous pourriez vous brûler. » puis il se leva alors que le jedi lui posa une question sur ses origines. Maxir sembla un moment hésitant avant de répondre « Oui, je suis Kiffar. Nous venons généralement tous de Kiffu… » Kiffex était la planète sœur de la première mais elle était aussi et avant tout une prison. Peu de gens y allaient à moins d’être contrebandier… Par politesse il lui retourna la question « Et vous, vous venez d’où ? » il avait l’air d’un humain classique. Il pouvait venir d’un nombre assez incalculable de planètes. Les Kiffars, eux, étaient rarement totalement disséminés dans toute la galaxie. Les liens avec les clans étaient forts et puissants et peu d’originaires de Kiffu se risquaient à trop s’éloigner d’alliés aussi importants que sa propre famille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 284
MESSAGES : 534
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : @greyguizmo

Profil
Inventaire: Deux sabres laser bleu & vert
Ce mécanicien semblait totalement plongé dans l’étude du vaisseau et l’évaluation des dommages. Très professionnel ou peut-être tentait-il simplement de se concentrer au maximum pour ne pas penser à autre chose en cet instant. Kilian se contenta de rester simplement lui-même, un poil curieux mais surtout à l’écoute de son interlocuteur. Il répondit à toutes ses questions concernant le vaisseau et son passif. Malheureusement les Jedi ne tenaient pas un carnet de bord précis des interventions sur leurs vaisseaux, et d’ailleurs cette discussion avec le mécanicien lui faisait penser que ce ne serait pas une mauvaise chose d’avoir de véritable mécanicien au sein de l’Ordre. Cela s’avèrerait utile. Une pensée à conserver dans un coin de sa mémoire pour le moment où ce projet pourrait être mis en place. L’Ordre avait besoin d’être un peu plus autonome sur de nombreux plans, comme il avait pu l’être par le passé. Ces dernières années la République galactique avait pallié et remplacé certaines nécessités d’un groupe comme le leur. L’indépendance à ce niveau leur offrirait plus de liberté dans le reste de leurs actions. Le maître ne pensait pas à quitter la République ou à l’abandonner, mais plutôt à agir réellement comme un support que comme un élément intégré dans son fonctionnement. Une force supplémentaire, et non un simple rouage. Cela permettrait au conseil de peser un peu plus dans certaines décisions selon lui.

Kilian se proposa de donner un coup de main pour les réparations, un moyen d’aller plus rapidement dans celles-ci tout en glanant des informations utiles sur le mécanique et sur son interlocuteur. Cette aura l’intriguait au plus haut point, même si elle pouvait simplement provenir d’un trouble psychologique profond. Un hochement de tête accueillit la proposition de l’homme.


_ « Ce serait fort aimable de votre part, et je vous serais redevable pour votre aide. »

Finalement le mécanicien l’invita à s’approcher, et Kilian se mit à ses côtés observant le fameux câble tout en écoutant ses recommandations et ses demandes. Un si petit câble pour un élément aussi important du vaisseau. Comme quoi les éléments principaux ne tenaient réellement qu’à un fil. Un peu à la manière de la guerre et d’une bataille, ou parfois le plus petits détails pouvaient s’avérer d’une importance capitale. Inutile de répondre ou de demander plus de détails pour le moment. Au moment où le mécanicien se redressait, Kilian reprit la parole pour l’interroger tout simplement. Cela sembla le perturber quelques secondes avant qu’il ne réponde. Sa réponse le fit légèrement sourire, car son ami lui avait déjà fait la même réponse comme si c’était une simple évidence.

_ « Effectivement… ce détail m’échappe à chaque fois. Toutes mes excuses. » Le mécanicien lui retourna la question, probablement par politesse. « Oh moi si seulement je pouvais le savoir avec certitude. On va dire que selon toute vraisemblance, je suis originaire d’ici. De Coruscant. »

Kilian se concentrait sur le fameux câble pour le moment. Ce n’était pas une pensée horrible pour lui, mais un simple fait. Il ne connaissait pas sa famille, et ne savait même pas si il en avait une. Peut-être avait-il déjà croisé une sœur, un frère ou un cousin. Peut-être même l’un de ses parents dans le fond. Il s’en moquait un peu car l’Ordre était sa famille et son univers, et cela lui convenait parfaitement bien pour le moment. Son regard se posa sur son interlocuteur, et il ajouta dans un sourire.

_ « Je manque à tous mes devoirs. Kilian Vakarian et vous ? »

Inutile de son point de rajouter un quelconque titre. Ce dernier n’avait de réelle signification que pour un autre Jedi, et à la rigueur un Sith. Pour une personne extérieure à ce système, cela ne servait qu’à ajouter généralement de la gêne ou un sentiment de malaise. Maître. Cela impressionnait à tort ou à raison, et fermait certaines personnes complètement.

_ « Donc si ça chauffe je vous le signale immédiatement, et surtout ne pas le toucher. C’est compris » Il marqua une pause. « Après si vous préférez vérifier vous-même, vous pouvez m’indiquer le circuit à mettre en marche. »


Un Jedi utilise la Force pour la connaissance et la défense,
jamais pour l'attaque.
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Mechanical souls
Kilian Vakarian & Maxir Korden
Le jedi avoua ne pas trop savoir d’où il venait et qu’il venait potentiellement de Coruscant. Maxir hochait la tête. Lui qui venait d’une planète assez isolée où très peu d’étrangers transitaient si ce n’était à cause de la République, où chaque personne était liée à son clan d’une manière permanente avec des qukuuf sur le visage et le corps, ou chaque action effectuée impliquait toute une famille proche et éloignée ; la pensée de ne pas savoir d’où on venait, qui nous était connecté, le perturbait. Bien entendu, dans l’armée, il en avait rencontré des cas similaires. Des orphelins ou simplement des gens venant de familles qui voyageaient beaucoup et qui n’avaient aucune attache particulière à aucune planète. Mais ce fait l’étonnait toujours car il ne savait pas trop comment il aurait grandi s’il n’avait pas été au sein de sa propre famille. La pensée qu’ils étaient là, quelque part, était quelque chose de rassurant. Comme si le centre de son univers personnel était quelque chose qui ne bougerait jamais. Il aurait toujours un endroit où rentrer, qu’importe ce qu’il se passait.

Maxir commenta « Coruscant est des fois un peu trop actif pour moi. Comparé à Kiffu et Kiffex, cette planète est une autre galaxie en elle-même. » ceux qui venaient de zones plus éloignées que le noyau avaient toujours ce vertige étrange les premières fois qu’ils mettaient les pieds sur cette planète-ville. Jamais totalement nuit, jamais totalement jour, jamais totalement inactive. Il s’y passait constamment des choses. Le calme de sa planète natale pendant les quelques permissions qu’ils autorisaient aux militaires lui était nécessaire. Son esprit avait besoin de se poser et de ne plus réfléchir autant. Depuis son épisode sur Ziost, c’était quelque chose qu’il trouvait de plus en plus dur. Sa tête, lorsqu’elle n’était pas remplie d’obligations professionnelles, de commandes, de réparations, de courses… Lui renvoyait les sensations froides de la vie qui s’échappait de ses veines, de la violence de la bataille… Même dans les draps de sa chambre dans la résidence principale, ses visions arrivaient à l’envahir. D’ailleurs, le jedi ainsi que le mécanicien se rappelèrent qu’ils n’avaient même pas dit à l’autre leurs noms. Dans le milieu militaire, en pleine guerre, quand tout devait aller vite, on se passait des fois du nom pour se concentrer sur le grade et les informations vitales. Il sourit en retour et dit « Maxir Korden, du clan Korden. Enchanté. » Il ne précisait pas son clan à ses collègues militaires en général mais dans un contexte moins rigide, il avait pris cette habitude culturelle face aux non-kiffars. En effet, un autre kiffar n’aurait même pas eu à demander et aurait pu identifier son clan en regardant simplement son visage.

Le jedi proposa d’inverser leurs rôles mais Maxir sortit un tournevis ainsi qu’une pince et indiqua « A moins que vous sachiez isoler les circuits du panneau de contrôle pour n’activer que certaines fonctions du vaisseau, je pense que je vais le faire… Je ne voudrais pas qu’un jedi s’électrocute à cause de moi. » déjà que ses chefs ne seraient pas super contents mais en plus, s’il existait une quelconque justice galactique, il paierait une telle faute à vie, au moins. Il arriva au niveau du panneau de contrôle et passa ses mains sous le panneau en cherchant une petite trappe. Il débloqua le mécanisme et ouvrit le panneau en entier, révélant les câblages, les circuits et les fils de tous les boutons que les pilotes utilisaient. Il en sortit un qu’il débrancha à l’aide de sa pince avant de sortir un boitier de sa petite sacoche accroché à sa ceinture. Il brancha le fil et dit « Prêt ? » au jedi avant d’appuyer sur un bouton. L’appareil vibra quelques secondes, semblant presque s’allumer avant qu’un fin sifflement se fasse entendre. Il ne démarrait pas entièrement le vaisseau, cela serait trop dangereux pour ses tests et ses réparations. Au lieu de cela, il isolait chaque chose pour la réparer sans risquer des courts circuits ou des explosions au pire des cas. Il se tourna ensuite vers le jedi pour qu’il lui dise ce qu’il se passait. Le problème avec ces petits vaisseaux, c’était que la chaleur ne s’évadait pas aussi facilement que les énormes croiseurs. Ainsi, si ça chauffait trop, les câbles fondait ou les circuits se déréglaient. Ce n’était pas quelque chose de souhaitable quand on était dans l’espace, seul.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 284
MESSAGES : 534
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : @greyguizmo

Profil
Inventaire: Deux sabres laser bleu & vert
Le Jedi aimait ce genre d’échange simple et sans fioriture. Aucune obligation ni impératif, si ce n’était l’envie d’en apprendre plus sur l’autre. Kilian aimait découvrir ce genre d’élément, et de nouvelles personnes. Il cherchait toujours à en apprendre le plus possible sur les autres et leurs parcours. L’univers était vaste, et tous les chemins étaient possibles, les plus tortueux comme les plus simples. Pour le moment, son intérêt se portait sur le kiffar. Il avait en sa présence cette même impression qu’en compagnie de son ami d’enfance, bien que l’aura du mécanicien était plus sombre et plus lourde. Le sujet ne serait pas abordé, à moins que l’intéressé ne le lance. Les pouvoirs et capacités étaient un sujet délicat, sur lequel on évitait de s’étendre. Il en était pleinement conscience et était concerné par cette règle. L’étendue des pouvoirs des Jedi n’était connue que de peu de personnes, et la plupart tenait de la rumeur et des légendes pour la plupart des gens. Et puis Kilian ne se définissait pas par ce pan de son existence, comme il ne définirait pas le soldat par cet aspect de sa personnalité. Les origines étaient plus parlantes, et les actes étaient le plus important. Peu importe l’éducation, les croyances et autres détails, c’était ce que les décisions et les actes qui donnait des indications sur la nature d’une personne.

Un sourire accueillit la réflexion de son interlocuteur sur l’activité de Coruscant. Pour lui cette planète n’en était pas une, et ressemblait plus à une ville gigantesque. On pouvait nettement la considérer comme un monde à part, ou une galaxie selon les points de vue. Même en ayant grandi dans la cité, l’avoir quitté si souvent lui rappelait régulièrement à quel point c’était un autre mode de vie bien étrange. Il avait vu de nombreuses cultures, et de nombreux modes de vie. Mais ceux de Coruscant étaient réellement à part. Finalement ils se présentèrent l’un et l’autre. Korden. Un hochement de tête accueillit cette nouvelle, et ayant eu la version courte et longue, il se retint de préciser que son ami était un Vos. On lui avait décrit l’animosité particulière entre ces deux clans. Inutile d’en rajouter, et surtout d’assombrir une discussion si bien partie.


_ « Enchanté »

Comme pour éviter de devoir s’épancher, ou risquer de dévoiler cette maigre information, Kilian relança la conversation et le moment présent sur le problème actuel. Ce fameux câble responsable des boucliers. Le maître se proposa pour inverser les rôles, mais la réponse du mécanicien fut sans aucune équivoque. Le Jedi leva les mains comme pour se rendre et lança une expression amusée pour toute réponse. Il se prépara, et plaça sa main à proximité du câble… Suffisamment pour sentir la chaleur, sans pour autant le toucher pour suivre les conseils du mécanicien.

_ « Prêt »

L’appareil se mit à vibrer, et donnait l’impression de décoller. Cela ne dura que quelques secondes avant qu’un sifflement ne se fasse entendre. Le vaisseau était en fonction sans être totalement démarrer pour autant. Kilian se concentrait sur les sensations de sa main. Après quelques secondes, la chaleur grimpa en flèche. Il se tourna vers le mécanicien pour lui donner sa réponse, quand une étincelle le fit sursauter. Elle s’était produit très près de son visage. Ce sursaut avait amené sa main contre le câble, et le Jedi fit une grimace en retirant sa main brusquement.

_ « Je vous confirme que c’est brûlant même… »

Il se frottait déjà la main, tentant d’apaiser la douleur pour le moment. Malheureusement pour lui, le Jedi n’était pas un expert dans les soins et il préférait éviter de l’utiliser pour le moment. La présence du mécanicien le gênait un peu. Non parce qu’il ne souhaitait pas montrer un pouvoir connu des Jedi, mais plus qu’il risquait de se tromper. Kilian conserva son calme, même si l’expression de son visage exprimait clairement sa douleur.

_ « Par contre j’ai l’impression que ça a pété quelque part. »

Kilian ne s’était pas attendu à un tel rebondissement. Le vaisseau lui donnait l’impression de révéler d’autres problèmes, cachés jusqu’à maintenant. Un peu comme si il avait tenu bon jusqu’à présent pour soutenir son équipage, mais qu’il relâchait toute la pression à présent. Le Jedi observait attentivement la réaction de son interlocuteur, comme pour sonder sa réaction et déterminer la gravité de la situation. Peut-être que sa réaction le ferait sourire. Ce que le Jedi prendrait bien, puisque d’un point de vue extérieur sa vive réaction pouvait avoir des aspects comique surtout avec la tenue des Jedi.


Un Jedi utilise la Force pour la connaissance et la défense,
jamais pour l'attaque.
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Mechanical souls
Kilian Vakarian & Maxir Korden
Maxir entendit un bruit suspect juste avant que le jedi ne lui confirme que le câble était brûlant. Il désactiva les fonctions une à une et l’appareil se replongea dans un silence absolu.Il se tourna et vit une expression de douleur sur le visage du jedi qui se tenait la main. « Ça va ? Vous voulez des compresses ? » avant que Killian ne l’informe qu’il y avait eu une petite explosion quelque part. En effet, le mécanicien l’avait entendu aussi. Il hocha la tête « Oui j’ai entendu quelque chose aussi… » des fois, en corrigeant un problème, on finissait par en découvrir un autre, et puis un autre et encore un autre… Comme une cascade de disfonctionnement qui n’attendaient qu’un mécanicien passe par là pour se dévoiler.

Il s’approcha du jedi et sortit d’une des poches de sa ceinture une compresse bleue qui, quand on l’activer en pressant le centre, devenait immédiatement aussi froide que de la glace. Très utile quand on se brûlait ou quand on voulait éviter une surchauffe sur du matériel. Il commenta « Bon, il faut définitivement remplacer ce câble et pour l’explosion qu’on a entendu… » il s’accroupit près du panneau ouvert et se mit à observer, cherchant un endroit qui aurait potentiellement lâché. Il finit par glisser sa main entre des tuyaux et câbles avant de tirer des fils électriques dont l’un était fendu, exposant les tiges de métal brûlées. Maxir soupira bruyamment. Autant les câbles étaient faciles à changer, autant refaire des connexions électriques c’était une autre histoire. Il lâcha les fils et se redressa. « Bon. Je vais chercher le matériel pour remplacer et réparer tout ça. Si vous voulez m’aider, ça réduirait le temps de réparation de moitié environs. Les câbles ne sont pas difficiles à changer, je peux vous montrer. » il se dirigea vers la sortie du vaisseau « Et puis comme ça, vous saurez comment faire pour une prochaine fois. » il s’apprêta à sortir avant de s’arrêter « Au fait… Ne dites pas qu’on vous a refilé des câbles et des fils électriques en plus. Si on vous demande, dites que vous les aviez avec vous et que je les ai juste mis en place, ok ? » La République était déjà pas mal frileuse et radine en matière de matériel, demandant aux techniciens de faire de la récupération dès que possible… Alors si en plus ils donnaient du matériel aux jedi dont la côte de popularité était en chute libre… Maxir risquait de se faire saquer.

Il alla dans la réserve. A cette heure-ci il n’y avait pas grand monde et il comptait sur son attitude naturelle pour ne pas attirer l’attention. Il trouva quelques câbles d’alimentations dont la taille correspondait à ceux du vaisseau des jedi et il récupéra des fils de qualité moindre. Si il commençait à taper dans le matériel de bonne qualité, généralement réservé pour les gros vaisseaux ou les vaisseau d’attaques qui devaient résister à de grandes quantités d’attaque, les chargés de stock s’en rendraient vite compte.

Revenant vers le vaisseau avec une caisse entre les mains, il grimpa avant de refermer la porte, avec un faible sourire « Mieux vaut que personne ne voit qu’on utilise ce matériel… »  Pas sûr qu’ils se permettraient de faire des remarques juste devant un jedi mais Maxir voulait éviter d’entrer dans les mauvaises grâces du chef de hangar. « Pour démonter le câble qui était brûlant, vous avez à dévisser les deux écrous de chaque côté, et ensuite tourner le bout du câble pour le décrocher. Il faut faire la même chose à l’autre bout qui devrait se situer… » il s’avança vers la paroi et retira un autre panneau. Il pointa un embout du doigt « … Ici. Le câble ne devrait plus être chaud. Je vais préparer les remplacements. » Il retourna s’installer près de la boite, assit à côté, et il farfouillait dedans, sortant des câbles, des fils, les inspectant, en remettant certains dans la boite et en en mettant certains autres à côté de lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 284
MESSAGES : 534
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : @greyguizmo

Profil
Inventaire: Deux sabres laser bleu & vert
Le câble était devenu brûlant très rapidement. Kilian prenait soin de ne pas le toucher, mais malheureusement les circonstances le forcèrent à le faire. Un câble explosa à côté lui, le faisant sursauter et collant sa main contre le fil brûlant. La douleur fut vive et intense sur l’instant, mais il se concentra rapidement pour garder son calme. Un hochement de tête accueillit la proposition du mécanicien, avant qu’il ne confirme certaines choses sur le câble. Il prévint le mécanicien de l’explosion, sans pouvoir se montrer plus précis dans ses explications. Lui avait entendu, vu et senti l’explosion. A croire que les problèmes du vaisseau étaient plus importants que prévu et escompté par le propriétaire. Le Jedi observa les gestes de son interlocuteur, et le remercia avec une expression de gratitude en prenant la pochette. Le froid fit son effet instantanément, soulageant sa main et la douleur. Son regard continuait de suivre le mécanicien à l’œuvre dans le vaisseau. Son aisance était impressionnante quand même. On pouvait nettement voir l’homme d’expérience dans ce domaine, qu’il était vraisemblablement. Ou alors c’était un excellent comédien parfait dans son rôle. Kilian penchait malgré tout plus pour la première solution. Maxir sortit des fils dont l’un était fendu. L’origine de cette fameuse explosion venait d’être identifiée. De nouveaux hochements de tête accompagnèrent ses conclusions et ses recommandations.

_ « Je vous remercie pour votre aide. Espérons que je m’en souvienne pour la prochaine fois… Rassurez-vous. Le secret est un art que je pratique depuis des années, et de toute manière je connais peu de personnes qui ont vraiment envie de me parler dans cet endroit. »

Cette conclusion avait été dite sans mélancolie ni reproche. Une simple constatation de sa part. Les gens avaient besoin de responsable à tort ou à raison d’ailleurs, et il était vrai que les Jedi avaient failli à leur tâche. Mais cet échec remontait bien plus loin que ce que pensait les autres du point de vue du maître. C’est la manière d’appréhender et de gérer le côté obscur de la Force qui posait un réel problème, et non les utilisateurs en eux-mêmes. Quand un ennemi finit toujours par réapparaître sous une forme ou une autre, c’est que le problème est plus profond et doit être traité différemment. L’histoire de l’Ordre devrait être étudiée de plus près par les plus anciens et les plus sages de ses membres. Pour le moment, ces pensées envahissaient l’esprit du maître tandis qu’il utilisait ses dons pour se guérir. Peu adroit il mit du temps à produire l’effet escompté. La brûlure disparu très rapidement, et la pochette fut posée sur le côté.

_ « Aucun problème. Faisons comme bon vous semble. Ce sont les réparations qui me tiennent à cœur, le reste je le laisse à votre discrétion dans la mesure où vous êtes l’expert à bord. »

Kilian fit un léger sourire encourageant. De toute manière ce n’était pas dans sa nature de rapporter ce genre d’évènement. Il se contenterait de remercier l’officier supérieur pour son aide, et de quitter les lieux très rapidement afin de soulager les soldats. Ils n’avaient guère besoin d’une inquiétude supplémentaire, même si la présence du Jedi aurait dû les rassurer. La guerre amenait à de drôle de réaction parfois. Des hochements de tête accompagnèrent les explications, pour montrer qu’il suivait tandis que son regard observait attentivement les  mouvements de Maxir. Le Jedi commença à dévisser les écrous, et suivit les conseils du mécanicien tout en parlant.

_ « C’est rassurant de voir un expert comme vous s’occuper du vaisseau. Dommage que vous n’ayez pas d’affinité particulière avec la Force, un mécanicien de votre niveau nous serait utile. » Il marqua une pause et changea de position pour continuer sa phrase. « Enfin après chacun ses atouts et ses défauts… ou ses dons pour certains. »

Le regard de Kilian se posa sur Maxir, un peu comme une invitation à lui parler. Tout ceci était amené de manière naturelle, mais directe. A l’image de la nature du maître. Il ne le forcerait pas à parler évidemment, mais peut-être qu’un point de vue extérieur pourrait l’aider. Il en était convaincu à présent. Et puis il pouvait le sentir. Cette aura prenait une signification différente maintenant qu’il en avait conscience. La psychométrie. Ce n’était pas un don inconnu pour lui, même si il ne pourrait pas se prétendre un expert.

_ « Enfin je suppose que c’est comme tout dans la vie, que ce soit la Force, des connaissances ou autre. Il faut du temps pour apprendre, et l’ouverture d’esprit pour assimiler ce qui peut nous échapper. Cela fait longtemps que vous êtes mécanicien… »

Kilian lui offrait autant de portes de sortie, qu’il tentait de l’inviter à lui parler de son don. C’était probablement pour ça que les gens se sentaient à l’aise en sa présence, car il ne tentait pas de les piéger ni de les forcer. De simples encouragements à se livrer sans en demander ni en dire plus que nécessaire. En tout cas c'était ainsi qu'il voyait et imaginait les choses. Peut-être se trompait-il lourdement, et que les gens se confiaient par crainte ou pour toute autre raison. Le Jedi venait de changer le câble à présent, et il pointa du doigt son travail pour avoir l’avis du mécanicien.


Un Jedi utilise la Force pour la connaissance et la défense,
jamais pour l'attaque.
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Mechanical souls
Kilian Vakarian & Maxir Korden
Il était compliqué pour certains militaires de voir autant de défaites et de voir la guerre durer aussi longtemps. Certains pensaient que seulement parce que leur côté était le bon, il était presque naturel qu'ils triomphent. Mais la réalité était tout autre et les sith, qui pendant longtemps n'avaient été que des ombres et des légendes oubliées, réapparaissaient pour écraser des armées entières de leur puissance. Il y avait quelque chose de très frustrant là-dedans. Croire en la Force destructrice des sith sans croire en la Force salvatrice des jedi était quelque chose d'impossible pour beaucoup. On racontait des centaines de choses sur les jedi. Des choses grandiloquentes, sombres et parfois ridicules. Maxir ne s'était jamais vraiment penché sur le sujet. Il fallait dire, aussi, qu'il n'avait pas vraiment eu le temps entre les batailles et les faibles jours de permission qu'il réussissait à récolter quand la situation n'était pas catastrophique. Du coup, les jedi, il les avait croisés quelques fois mais il n'avait pas été témoin de grand-chose. Les mécaniciens étaient rarement en première ligne et ce qu'il avait constaté bien souvent c'était que ceux qui partaient avec un jedi avaient plus de chance de revenir que ceux qui partaient sans un utilisateur de la Force. Mais ce que les gens avaient certainement mal compris c'était que les jedi ne devaient pas simplement gagner la guerre en se montrant et que les sith et l'Empire avaient beaucoup de ressource. L'un dans l'autre, ils semblaient être des forces égales qui se rongeaient inlassablement jusqu'à ce que, peut-être, ils tombent tous les deux.

Le jedi accepta de garder le secret. De toute manière, dire la vérité n'apporterait rien de bon avec l'ambiance actuelle au sein de l'armée et la manière dont se comportaient les officiers supérieurs. Rajouter du stress et de la colère ne serait pas un cocktail que qui que ce soit aimerait dans ce hangar. Ce n'était pas la première fois que Maxir "négociait" la vérité avec ses supérieurs. Généralement, cela ne faisait de mal à personne et ça évitait des cris et des crêpages de chignons.

Finalement, les deux hommes se mirent au travail. Maxir avait retiré ses gants pour fouiller dans la caisse. Les fils électriques allaient nécessiter de travailler avec précision et les gros gants isolants ne feraient pas l'affaire. Le jedi complimenta l'aptitude du mécanicien avant de déplorer l'absence d'affinité à la Force... La remarque perturba un moment le kiffar qui se figea avant de se reprendre et de continuer son travail, la tête un peu ailleurs. Il répondit, incertain « Oui cela fait pas mal de temps que je suis mécano... Pour la République surtout. Avant j'aidais au commerce de mon clan... Expert, expert... Heureusement, je ne suis pas le seul ici qui sait ce qu'il fait. Mais c'est vrai que la République s'est mise à recruter un peu à tour de bras et nous envoyer des jeunes recrues même pas capables de différencier les outils entre eux... » la précipitation n'était jamais quelque chose de bien en mécanique. C'était souvent le signe que quelque chose n'allait pas ou que quelque chose n'allait pas tenir. La réparation requérait de la précision. « Mais qu'est-ce que vous appelez 'affinité à la Force' au juste ? C'est les gamins que vous recrutez dans vos temples ? Vous regardez s’ils peuvent faire bouger des objets ou des choses comme ça ? » c'était l'exemple le plus frappant dont il pouvait se rappeler. Il savait que les jedi, entre autres, pouvaient faire bouger des choses, voir se déplacer eux même avec l'aide de la Force. Mais après, les détails et les subtilités de leurs pouvoirs, il ne les connaissait pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 284
MESSAGES : 534
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : @greyguizmo

Profil
Inventaire: Deux sabres laser bleu & vert
En cet instant, on aurait pu croire que les deux hommes étaient des collègues en pleine réparation d’un appareil. Maxir recherchait les bons câbles, et devait évaluer les réparations à faire tandis que Kilian apprenait des choses utiles pendant ce temps. Ils discutaient tout simplement. Ou plutôt le Jedi tentait d’en apprendre plus sur son interlocuteur, et surtout de confirmer ses impressions concernant celui-ci. La mécanique était comme la force, une affaire de compétences de bases et d’expérience pour trouver les bonnes solutions. Et comme la force si vous n’étiez pas suffisamment prudent, tout pouvait vous péter au visage… Comme quelques minutes auparavant. Les mots du maître était choisi avec soin, et avait pour but d’amener son interlocuteur à lui confier certaines choses. C’était un pari de sa part sur ses capacités à nouer un lien avec son interlocuteur. Il ne le forcerait pas, et ne jouerait pas non plus avec son cerveau. L’affinité à la Force sembla perturber le mécanicien, et sur le coup Kilian se demanda bien ce qui pouvait l’étonner autant. Il continua sur son élan, et ajouta une nouvelle question à l’attention du kiffar. Un moyen de maintenir la conversation active entre eux. Kilian se demandait comment il aurait réagi, si il n’avait pas reconnu certains signes de la psychométrie. Si il n’avait jamais rencontré Sujay, et ne se montrait pas aussi observateur et friand de petits détails.

La réponse de Maxir le sortit de ses pensées, et il hocha simplement la tête pour montrer qu’il suivait les paroles de son interlocuteur. Une certaine modestie. Il appréciait beaucoup cette manière de se présenter, et surtout son regard critique sur les nouvelles recrues l’amusa grandement. De la patience et de la précision. C’était un comportement aisé pour des personnes habituées, mais pour les plus jeunes, cela pouvait s’avérer être très complexes. Sa réaction suivante lui soutira un léger sourire. Pourquoi tout le monde ne pensait qu’aux enfants lorsqu’on parlait d’affinité avec la Force. Et si c’était aussi simple que des preuves de pouvoirs aussi visibles et tangibles. C’était un regard un peu innocent que le mécanicien portait sur les Jedi, et il trouvait cela charmant de sa part. Il ne donnait pas l’impression de les considérer comme des surhommes, mais plutôt comme des êtres à part. Il pouvait aussi se montrer poli, et tenir sa langue, mais ce n’était pas l’impression qui se dégageait de l’homme.


_ « L’univers est vaste. Et si seulement nous pouvions trouver tous les sensibles dès l’enfance, les choses seraient probablement plus simples… et moins sombres. »

Kilian soupira légèrement après cette remarque. Ce n’était pas la solution à tout évidemment, mais les principes de l’Ordre étaient plus difficiles à appréhender et intégrer par les adultes. Trop de restrictions, trop de contraintes et de règles. Pour un enfant, la chose était différente. Comme pour lui. L’ordre et son fonctionnement représentaient son univers depuis ses premiers souvenirs. Il avait moins tendance à remettre en cause les préceptes des Jedi, que d’autres.

_ « Pour vous répondre… La Force est en chacun de nous, mais seules quelques personnes sont capables de la ressentir et de la manipuler. Comme tous nous utilisons la mécanique, mais peu d’entre nous sont capables de la réparer et de la créer. » Ce n’était pas une comparaison très adéquate, mais elle se rapprochait le mieux de ses pensées. « Et la sensibilité à la Force n’est pas quelque chose qui disparait avec l’âge. Au contraire elle est présente à la naissance, et vous suit jusqu’à votre mort. De ce fait même les adultes se voient offrir l’opportunité de rejoindre l’Ordre si tel est leur désir. Nous ne recrutons pas. Nous invitons et nous proposons. Chacun est ensuite libre de choisir sa voie. »

Cette dernière nuance était importante à ces yeux, et probablement personnelle. Le recrutement avait une notion de conviction de son point de vue. Recruter c’était convaincre l’autre de vous rejoindre. Rejoindre l’Ordre devait être un choix, plus comme une invitation que l’on pouvait refuser sans devoir entrer dans un débat philosophique.

_ « Juger de l’affinité avec la Force est plus compliqué que ça, même si ces manifestations sont possibles et ne laissent place à aucun doute. Mais les premiers signes ne sont pas toujours aussi tangibles, et certains peuvent vivre toute une vie avec l’affinité sans même le savoir. »

C’était toujours une bonne chose de pouvoir remettre certaines choses dans leur contexte, et de donner des explications plus complètes sur l’ordre. Cela coupait court aux différentes rumeurs qu’on pouvait entendre à droite et à gauche. Certains parlaient d’enlèvement, de secte voire même de manipulation et d’expérience.


Un Jedi utilise la Force pour la connaissance et la défense,
jamais pour l'attaque.
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Mechanical souls
Kilian Vakarian & Maxir Korden
Le jedi lui avoua qu'il n'était pas si facile que ça de trouver des enfants sensibles à la Force. Il fallait avouer que Maxir n'avait pas vu beaucoup d'enfants partir au temple. Certains kiffars y allaient une fois leur don de psychométrie découvert. Surtout les Vos qui possédaient le nombre le plus élevé de personnes ayant le don de psychométrie. Ils devenaient souvent Gardiens de Kiffex mais il n'était pas anormal de voir certains enfants partir pour le temple. A présent, avec la guerre, possible que certains parents soient plus frileux à l'idée de voir leurs fils et filles partir pour une guerre certaine contre l'Empire. A part son don, Maxir n'avait jamais eu le moindre indice que quelque chose étant anormal chez lui. Après, il n'était pas très sûr ce que ressentir la Force faisait exactement. Il n'avait jamais assisté à des jedi se combattant directement en l'utilisant de manière ostensible et tout ce qu'il connaissait d'eux était des on-dit qu'il avait glané au fil de ses voyages, de ses batailles et de ses séjours dans les cantinas. Autrement dit, ces informations n'étaient pas forcément très justes ni fiables.

Maxir s'était arrêté une seconde pour écouter le jedi parler de la Force, présence en chaque individu, mais ressentie et manipulée par peu de personnes. Il conclut d'un hochement de tête « Je vois... » les jedi faisaient envie comme ils faisaient peur. Leurs capacités au combat et à la manipulation de la Force n'étaient plus à prouver et les récits de leurs exploits traversaient toute la galaxie. Beaucoup étaient envieux de ce statut et aussi de cette force invisible au service de ses moindres envies... Mais l'ordre faisait peur aussi et surtout à cause de sa discipline et des nombreuses règles à suivre. Dans une telle période, avec la guerre qui paralysait l'économie de beaucoup de planètes et où les civils devaient restreindre leur consommation tout en ayant peur de se faire bombarder d'une seconde à l'autre, l'idée de finir dans un temple monotone pour méditer toute la journée ne devait pas en enchanter beaucoup non plus. Maxir était incertain de ce qu'il pensait par rapport à ça. Il n'avait jamais été présenté avec un tel choix alors il ignorait totalement ce qu'il aurait fait si on lui avait proposé. Après tout, il était un bon soldat qui écoutait les ordres même s’il négociait quelques fois... Mais une telle vie de restriction ne lui semblait pas possible. Et aussi, s'éloigner de sa famille pour toujours et enterrer l'idée d'avoir une famille... Non, ces deux choses-là lui semblaient bien trop grandes et trop importantes pour décider de s'engager auprès d'individus comme les jedi...

Il continua à chercher les files électriques qu'il souhaitait tout en écoutant la dernière phrase du jedi. « Ha d'accord... Mais du coup, quelqu'un qui n'exploite pas ce don, ça ne fait rien du tout ou ça peut se développer... » il manqua de dire : comme une maladie. Mais l'image n'était pas celle qu'il voulait donner. La Force était plus comme une atmosphère qui pouvait guider le monde vers la paix et le chaos, elle n'était pas mauvaise en elle-même mais elle était manipulée pour l'être par certains individus. Il continua « ... Se développer de manière anarchique ? » Il se redressa en saisissant les fils qu'il avait sélectionné. « Sur Kiffu pas mal de Vos ont rejoint l'ordre jedi je crois. En tout cas, ce sont ceux qui ont le plus le pouvoir de psychométrie et d'affinité à la Force. » Avant de se diriger vers le tableau de commande en sortant une petite pince et une petite paire de ciseau. Concentré, il rajouta « Comme les personnes partant pour votre temple ne reviennent pas, j'avoue que malgré le fait qu'il y ait beaucoup d'individus de ma race chez vous, on sait très peu de chose. » et pourtant, il les croisait souvent et il réparait leurs vaisseaux. Ils semblaient vouloir garder le mystère pour eux... Etait-ce simplement dans l'esprit de leurs enseignements, une stratégie pour limiter les informations et les fuites ou simplement une certaine méfiance envers les non-utilisateurs de la Force ? Peut-être un mix de tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 284
MESSAGES : 534
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : @greyguizmo

Profil
Inventaire: Deux sabres laser bleu & vert
Donner des explications sur la Force n’avait rien d’exceptionnel pour le maître. Il devait le faire au sein de l’Ordre et à l’extérieur, puis il appréciait beaucoup de pouvoir rectifier certaines rumeurs pour restaurer la vérité. Il apportait son expertise et sa conception de la Force. Ce n’était pas un exercice simple, et même lui avait parfois du mal à formuler les choses correctement. Le Jedi devait se souvenir que ce qui était évident pour lui ne l’était pas pour d’autres, et inversement. Son discours devait tenir compte de cette donnée. L’homme en face de lui semblait plutôt blasé ou en tout cas moins étonné que d’autres devant son discours. Cela pouvait être une bonne chose comme une mauvaise. Soit il avait l’esprit ouvert, soit il n’écoutait rien de ce qu’on lui disait. Ce dernier point lui semblait peu probable pour le moment. Kilian aurait aimé connaître le fond des pensées de son interlocuteur en cet instant. Savoir ce qui pouvait occuper son esprit, ou le troubler éventuellement. Cette curiosité n’était connue que de peu de personnes, et même dans son entourage, on les comptait sur les doigts d’une main. Il considérait sa réserve comme l’aboutissement de sa formation et de son entraînement dans ce domaine. Plus petit il aurait assommé le mécanicien de questions pour le comprendre, et en apprendre plus. C’était sa manière d’appréhender les autres, et de s’adapter à leurs envies et besoins.

Kilian posa un regard attentif sur son interlocuteur, tandis qu’il cherchait d’autres fils pour le moment. Il avait à priori attiré son attention ou son intérêt au moins pour certaines choses. Le Jedi aurait pu répondre aux questions directement, mais pour le moment, il se contenta de laisser Maxir parler et exposer ses interrogations. C’était d’une manière intéressant de l’écouter. Tandis que le mécanicien s’affairait sur un tableau de commande, le Jedi réfléchit quelques secondes avant de prendre la parole.


_ « Ah le secret… Tout le monde possède des secrets, plus ou moins importants selon les individus et les cas. Tous ont une raison de les conserver et de les dissimuler précieusement. Dans notre cas, c’est une nécessité absolue pour éviter les débordements. » Il soupira légèrement avant de continuer. « Malheureusement cela n’empêche pas les fuites »

Les Sith. Peut-être était-ce l’une des conséquences de ce secret. Si le monde était plus informé, peut-être se répandraient-ils moins vites. Après, l’Ordre était aussi conscient que si l’étendu des capacités des Jedi étaient connus. Cela serait encore pire que la situation actuelle, et de la peur qu’ils pouvaient engendrer sur les individus.

_ « Je connais un Vos qui possède la psychométrie… Mais il me semble que la psychométrie n’est pas un privilège des Vos de mémoires. » Il marqua un temps de pause et hésita à ajouter comme vous mais se ravisa. « Devenir Jedi est une vocation de toute vie. L’attachement mène aux émotions négatives, qui sont la force des Sith que vous devez connaître. C’est un peu compliqué à expliquer, mais… »

Kilian prit à nouveau un temps de réflexion avant de reprendre son explication. Ce n’était pas facile d’expliquer ce type de concept à une personne étrange, et il ne trahissait aucun secret en révélant ce qu’il allait dire. Et puis ce serait peut-être un moyen d’aider son interlocuteur avec son don, ou en tout cas il espérait lui apporter matière à réfléchir pour l’aider.

_ « la force est comme une énergie. Elle passe par de nombreux systèmes électroniques, puis elle est transformée pour produire un certain effet. Les intentions et les émotions sont ces systèmes électroniques pour la canaliser et la contrôler. Les émotions négatives la rendent dangereuses, violentes et puissantes. Les émotions positives la canalisent et la guident comme le ferait une berge pour une rivière. Elle n’en est pas moins puissante, mais elle est moins ostensible et facile à manipuler. Tout est une question de volonté et d’intention. Un peu comme vous avec cet appareil. Si vous en aviez l’intention, vous pourriez le transformer en bombe au décollage. » Il sourit à nouveau comme le rassurer. Il ne pensait pas du tout ça, c’était un simple exemple de circonstances. « La Force est ce que l’on en fait tout simplement. A l’imagine de l’énergie, elle vit et se transforme selon la manière dont on la guide et l’utilise. »

Cela lui semblait toujours complexes, mais peut-être suffisamment clair pour un profane. Evidemment il y avait aussi des nuances et des subtilités, mais ce n’était ni le lieu ni l’heure pour en discuter et les aborder. Peut-être le ferait-il un jour avec Maxir, si il en éprouvait l’envie ou le besoin. Il conclut simplement.

_ « Bien obscur tout ça n’est-ce pas… C’est comme avoir un cours théorique sur la mécanique sans en connaître les éléments de base. Qu’en pensez-vous ? Devrions-nous dévoiler tous nos secrets ou devons-nous conserver cette part de mystère ? Que feriez-vous si vous aviez un secret aussi utile que dangereux… »


Un Jedi utilise la Force pour la connaissance et la défense,
jamais pour l'attaque.
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Mechanical souls
Kilian Vakarian & Maxir Korden
Le jedi lui avoua que l’ordre gardait ses pratiques secrètes pour éviter ce qu’il appelait les « débordements ». Maxir ignorait ce que l’homme voulait lui dire par là. A force, le kiffar avait estimé que l’épais nuage qui recouvrait les informations à propos des jedi était surtout pour se protéger et pour ne pas trop en dire à l’ennemi. Une sorte de stratégie de guerre un petit peu. Mais l’image des jedi avant la guerre, leurs actions souvent bonnes étaient un reflet suffisant pour que les gens leur fassent confiance. A présent, avec la guerre et les difficultés rencontrées par la République, ce secret et cette opacité autour de leur culte semblait jouer en leur défaveur : certains pensaient bien que les gens innocents n’avaient rien à cacher. Entant que personne avant un secret bien caché, Maxir était sceptique avec ce genre de pensées. En tout cas, il comprenait un peu ce que le jedi essayait de dire, peut être… Resté entre eux, ça leur permettait aussi possiblement de mieux se protéger contre les menaces extérieures et ça leur permettait aussi de garder un œil sur les chevaliers de leur ordre.

Renchérissant sur le sujet des Vos, le jedi mentionna le don de psychométrie des kiffars. Maxir hocha la tête « Non en effet… La psychométrie se manifeste plus chez eux mais d’autres peuvent l’avoir… » comme lui, même si finalement, il aurait potentiellement apprécié de ne pas en être affligé. Il serait peut-être mort à Ziost, mais au moins il n’aurait pas à subir des cauchemars et des rappels de ses actions terribles chaque jour de sa vie. Le jedi se mot ensuite à lui expliquer ce qu’était la Force. Quelque chose dont Maxir n’avait jamais vraiment parlé avec qui que ce soit. Déjà, ils n’avaient pas le temps. Depuis le début de la guerre jusqu’à maintenant, son quotidien avait été rythmé de formations à la mécanique et de batailles. Il n’avait ni l’énergie ni l’occasion d’arpenter les bibliothèques de la République pour s’informer sur le sujet. Il écoutait attentivement. Il finit par commenter « Je vois… Ce n’est pas rassurant pour la suite… » si aucune justice n’existait dans la Force, alors si les sith gagnaient en puissance, il semblait qu’il n’y avait pas grand-chose à faire pour les contrer.

Finalement, le jedi l’inclus dans ses réflexions en lui demandant ce qu’il ferait avec un secret pareil. La tournure de sa phrase fit un peu tiquer le kiffar qui leva des yeux un peu suspicieux vers le jedi. Il fronça les sourcils. Faisait-il référence à son don ? Avait-il lu dans ses pensées comme il était possible pour les utilisateurs de la Force de faire selon les légendes ? Avait-il lu en lui comme dans un livre ouvert depuis le début ? Il laissa un temps avant de répondre. D’un côté, son esprit lui disait de se calmer et qu’il était paranoïaque. D’un autre, quelque chose lui disait que le jedi suspectait quelque chose. « Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? C’est quoi cette question ? » il avait possiblement été un peu plus défensif qu’il ne l’avait voulu. En même temps, il avait arrêté ce qu’il était en train de faire, cherchant à lire quelque chose sur le visage de Killian. Il se souvenait de l’agacement de certains qui disaient que les jedi cherchaient toujours à faire dire aux gens ce qu’ils voulaient qu’ils disent. Que ce soit par manipulation ou par utilisation de la Force… « Pourquoi me demander ça à moi ? Un mécanicien ? Vous n’avez pas un conseil pour décider de ces questions ? » finit-il par dire, comme pour brouiller les pistes sur sa soudaine méfiance et son inconfort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 284
MESSAGES : 534
AFFILIATION : Ordre Jedi
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : @greyguizmo

Profil
Inventaire: Deux sabres laser bleu & vert
La conversation prenait une tournure un peu plus intéressante pour le Jedi. Il avait pu glisser l’idée qui lui trottait dans la tête depuis quelques minutes. Son caractère le poussait à aborder le sujet directement, n’aimant guère le jeu des sous-entendus dans lequel il n’excellait pas du tout, mais l’attitude son interlocuteur le dissuadait d’une telle action. Maxir semblait vouloir garder ses secrets, ou avoir peur de se confier. Un Jedi connaissait l’importance du secret, et peu de Jedi s’amuserait à trahir la confiance d’une personne… qu’elle soit proche ou non de lui. Kilian était de ceux-là. Il connaissait un nombre incalculable d’informations, et il avait donné certains conseils à quelques reprises. Mais jamais il n’avait trahi de secrets ou utiliser ces informations à son avantage. Pour lui, cela revenait au même que d’utiliser la Force pour entrer dans l’esprit des gens afin de les contrôler. Le maître continua en tentant d’expliquer la Force, une explication difficile pour une personne ne pouvant la ressentir et l’appréhender. Et puis généralement, la neutralité de la Force paraissait totalement absurde à ses interlocuteurs. Le mécanicien sembla un peu perdu devant sa réponse. Il tenta de prendre des analogies avec la mécanique, probablement pas forcément plus clair, mais il faisait un effort pour expliquer au mieux ce qui représentait son existence et son quotidien depuis de très longues années.

L’inclusion du mécanicien dans ses réflexions sembla avoir un effet inattendu, en tout cas Kilian ne s’était pas imaginé que ce serait cette dernière formulation qui le ferait tiquer. Sans entrer dans l’esprit de Maxir, le Jedi ressentait son trouble et ses doutes. Pour une personne attentive et sensitive, c’était des émotions facilement reconnaissables. Kilian se contenta de sourire pour toute réponse. Son interlocuteur était à présent sur la défensive, et ce n’était pas ce qu’il avait souhaité à l’origine. Peut-être s’était-il trompé et qu’il aurait mieux valu aborder le sujet directement depuis le début. Son intervention suivante l’amena à s’installer plus confortablement. Le Jedi se plaça face à son interlocuteur et le regarda longuement avant de prendre la parole.


_ « Il existe un conseil effectivement… Mais comment décider quand ceux qui prennent les décisions sont les premiers concernés. »

Kilian se voulait chaleureux et simple en cet instant. Ce n’était pas son but de rendre le mécanicien méfiant, d’autant qu’il n’avait pas encore fini les réparations du vaisseau. D’un autre côté, cette aura qui l’entourait ou plutôt cette impression qui se dégageait de sa personne le perturbait encore maintenant. Il ressentait le besoin de tenter quelque chose… Dans un soupir, Kilian reprit la parole plus sérieusement et observa attentivement son interlocuteur.

_ « Bon jouons franc-jeu… La subtilité n’a jamais été mon domaine de prédilection. Je suis un combattant et un stratège, non un politicien ou un manipulateur comme d’autres. » Il sourit légèrement par amusement. « Non je ne lis pas dans vos pensées… Oh je le pourrais si je le voulais, mais je ne le ferais pas sans votre permission. Question de principe pour moi. Mais j’ai pris l’habitude d’observer les gens et leurs réactions à tort ou à raison. » Il marqua une pause pour avoir le temps de choisir ses mots avec soin. « Comme je vous l’ai dit, je connais un kiffar avec le don de psychométrie… Et vos réactions ainsi que vos gestes me rappellent cet ami, lorsqu’il débutait dans l’apprentissage de ce don tout simplement. J’ai cru que vous l’aviez, et que je pourrais vous aider… peut-être. »

Kilian ne savait pas vraiment si il pourrait faire quelque chose de précis ou non, mais au moins maintenant, la balle était dans le camp de son interlocuteur. A lui de choisir si il souhaitait se livrer un peu, ou maintenir sa position d’ignorance. Le Jedi avait bien l’intention de se plier à la décision de Maxir tout simplement.


Un Jedi utilise la Force pour la connaissance et la défense,
jamais pour l'attaque.
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars: Echoes of the Force :: Anciens RPS-
Sauter vers: