Rotten lands [Kara & Maxir]


 

 :: Anciens RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rotten lands [Kara & Maxir]

Rotten lands
KARA VAAR'ÏN & Maxir Korden
Les bâtiments et hangars érigés par la République avaient été vidés. De plus, les immenses vaisseaux qui autrefois orbitaient autour de Kiffu étaient partis. Cet espace vide avait eu l’air incroyablement étrange pour ceux qui avaient vécu avec la présence rassurance de la République. Mais ça, c’était avant que les vaisseaux de l’Empire ne se profilent. On crut d’abord qu’ils venaient pour des réparations ou du commerce… Certains se préparaient déjà à leur refuser des services au nom de la loyauté qu’ils portaient encore envers ceux qui les avaient autres fois protégées. Mais très vite, l’Empire paralysa les pouvoirs centraux de la planète et un seul choix était alors possible, devant la grandeur de leur armée : rester et collaborer ou fuir.

Maxir avait choisi la deuxième option mais le reste de sa famille n’était pas du même avis. Pour éviter de se faire retenir par ses parents, il avait gardé ses projets secrets, n’en parlant qu’à sa petite sœur qui avait refusé de le suivre. A présent, il attendait un signal. Des contrebandiers qu’il connaissait bien devaient s’en aller de Kiffu dans les prochains jours et il prévoyait de partir avec eux pour rejoindre l’armée de la République sur Coruscant dans l’espoir de bouter les sith et leurs politiques dictatoriales.

Le kiffar n’avait pas encore totalement réalisé l’impact de sa décision, sur sa vie ou son avenir. Il était dans le présent. Il tentait de ne pas faire de vagues et tentait aussi d’agir de manière naturelle : quelque chose de presque impossible étant donné la situation. Les réserves d’énergie avaient été saisies pour éviter que des Gardiens ne s’en servent pour alimenter les canons planétaires et tirer sur l’Empire. Une rumeur non confirmée disait que les Vos avaient désertés et que d’autres partaient vers les planètes neutres ou Républicaines. Les hangars de la planète se faisaient visiter par des divisions de sith et de soldats de l’Empire. Ils cherchaient des armes ou des pièces de bonne qualité à utiliser.

Maxir était dans le hangar familial des Korden. La République avait emporté des machines, des outils et du matériel qui avait longtemps servi dans les divers ateliers. A présent il fallait reconstruire les stocks et se développer sans la béquille garantie par le sénat. Deux vieux vaisseaux de transport trônaient, à moitié démontés et réparés. Tout semblait être dans un état assez précaire. Le jeune Kiffar avait en main un registre dont la moitié des informations n'étaient plus à jour. Des pas précipités se firent entendre dans un des couloirs avant qu'un jeune assistant n'arrive, à bout de souffle et ne dise « Une division de l’Empire arrive par ici ! ». Maxir se raidit. Même si techniquement la paix avait été prononcée, ce qui se passait à présent n'était rien de moins qu'une invasion. Mais il n'était plus un soldat de la République et il n'était pas sur un champ de bataille. D'ailleurs, vu sa formation sur la mécanique, il avait perdu beaucoup de réflexes de combatants qu'il avait autrefois appris lorsqu'il avait rejoint les forces Républicaines. « Calme toi. Fais pas de conneries. » dit-il simplement au jeune. Du même couloir, les échos de pas militaires résonnaient. Maxir se tenait prêt sans vraiment savoir ce qu'il ferait si les choses tournaient mal... Il n'avait que quelques jours à attendre avant de pouvoir partir loin, il n'était pas question de compromette ses plans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : 191
MESSAGES : 133
AFFILIATION : Empire
Avatar : Valorie Curry
Crédits : Avatar : moi ; le reste : Tumblr

Profil
Inventaire: Sabre laser
Rotten lands
KARA VAAR'ÏN & Maxir Korden
    Kara fut de nouveau sur pied, ces six derniers mois de convalescence a intimement été un véritable calvaire pour guerrière. Elle ne peut s'empêcher de songer à ce que sa propre sœur lui infliger pour avoir aidé Nymeria dans sa fuite. En réalité, elle n'aurait jamais imaginé que sa sœur irait jusqu'à organiser son propre viol afin de compléter sur elle ses séances de torturer. Kara est à la fois tristement déçue et dégoûtée par la cruauté qui habite le cœur de sa sœur aînée. Elle voudrait oublier et tenter de lui pardonner, mais la douleur dans son cœur est bien trop grande. Un cœur qui saigne et qui se meurt à son égard, tout sentiment lié à l'amour disparaissant petit à petit pour laisser place à la peur et l'angoisse. Sa sœur étant devenue dans son esprit l'incarnation de la terreur, se représenter devant elle pour obtenir une mission a été un moment désagréable, ce fut presque dans ce cas de figure une torture mentale.
    La mission fut donnée ; régler une simple affaire d'ordre administratif. Pas de violence rien, juste des papier remplir, des rapports à lire directement sur place, rien d'exceptionnel dans l'ensemble. Un vaisseau attendait déjà la guerrière pour l'emmener jusqu'à la bordure intérieure sur cette planète qui lui était totalement inconnue. Le temps du voyage, Kara médita afin de se rassurer du retour de ses capacités physiques et mentales… mais surtout sur ses capacités liées à ses pouvoirs. Les trois mois de torture l'avais tellement affaiblie qu'elle était à peine capable de tenir debout et ce avec l'aide de sa mère qui fut toujours présente pour l'assister dans son rétablissement. Kara n'ose pas imaginer ce que sa pauvre mère a dû endurer en voyant son bébé dans cet état, presque au bord de la mort. En arrivant sur place, les nuances de couleurs de la planète rappelle vaguement à la guerrière celles de la planète Korriban.

    Elle fut très vite accueillie par des responsables, sont rangs de Sith a tendance à intimer le respect ce qui en soi n'était pas plus mal… Kara n'avait pas envie de trop se prendre la tête avec de fortes têtes marqués par arrogance mal placée. Elle passa la journée à remplir des paperasses qu'elle emporterait avec elle afin de les remettre à son supérieur direct. Elle faisait aussi un constat visuel de la situation sur Kiffu, ceci dans le but que son rapport soit complet. Puis plus le temps passer, plus le sentiment ou plutôt cette sensation grandissait en elle, devenant toujours plus palpable ; c'était l'ennui. Une bien désagréable sensation qui gâcherait sont séjours sur Kiffu. Mais pas le temps de se lamenter sur le sort qui était le sien, elle devait remplir une mission et plus vite elle sera faite, plus vite elle pourra rentrer chez elle. Elle n'était pas très séduite par le paysage de ces régions pour être honnête.
    Elle décida d'entamer les missions investigations pour découvrir si oui ou non les kiffar cachèrent des armes dans leurs hangars. Des hommes avaient voulu l'accompagner, elle n'a pas insisté pour être seule car de toute évidence ce qu'elle trouverait, serait transmis par ses soins à l'Empire tôt ou tard. Suivant son instinct, la jeune Vaar'ïn se rapprochait d'un hangar spécifique, le premier sur la liste. « Où sommes-nous ? » Demande alors Kara - ne voulant pas vérifier elle-même le nom déjà noté dans le dossier - à l'un des officiers l'accompagnant. « Ceci est un hangar privé. Il appartient à une famille de Kiffu. » La guerrière s'arrête un moment pour contempler la bâtisse, c'était plutôt joli. Cependant, si cette famille cachait des armes illégales, elle devrait sévir selon les lois même si cela n'enchante pas la jeune Sith et nul domaine n'était privé si l'Empire si opposait. « Nous entrons ! » Ordonna-t-elle, avant que les soldats s'exécutèrent sur-le-champ pour ouvrir le hangar. Après avoir fait un tour des lieux et commencer à fouiller certaine pièce, Kara et ses hommes finirent par tomber nez-à-nez avec deux individus.

    Kara considéra un moment l’un des hommes, silencieusement… avant de sentir une étrange émanation obscur venant de lui. Elle pose un moment sa main sur le front, légèrement perturbé et surprise pour l'obscurité. Elle reprend malgré tout très vite une expression impassible avant de rajouter. « Identifiez-vous ! » Crache-t-elle tout simplement, le contrôle de l’identité étant une forme de routine par ailleurs. Mais la question avait secrètement un but plus personnel, Kara voulant connaître qui était l’homme devant lui.



Innocence reniée, prisonnière de l'obscurité, Dans une lassitude, je suis rangée par la solitude.  
Revenir en haut Aller en bas
Rotten lands
KARA VAAR'ÏN & Maxir Korden
A la suite du jeune assistant, quelques soldats impériaux ainsi qu’une sith entrèrent. Elle n’avait pas vraiment besoin de se présenter. Maxir en avait vu pas mal sur les champs de bataille et il savait reconnaître leurs vêtements caractéristiques ainsi que l’arrogance basique que ce type de personne portait sur le visage. Elle représentait l’archétype basique des sith à part peut-être sa peau. Le mécanicien en avait beaucoup croisé, de loin, avec une peau rose ou rouge. Avant même de faire quoi que ce soit, elle aboya un ordre comme pour se faire plus grande qu’elle n’était. Vu la constitution des kiffars et la grande taille de Maxir pour sa race, elle était, en effet, assez petite comparé à lui. Cependant, le mécano n’essayait même pas de se faire grande ou imposant. A cet instant, il voulait surtout que ça se termine au plus vite, qu’il puisse continuer ce qu’il était en train de faire et qu’il puisse aussi se soustraire à la présence de l’Empire au plus vite. Rien que voir les uniformes l’agaçait au plus haut point, malgré le traité et la paix rétablie.

« Maxir Korden. Lui c’est Varik Korden. On est des simples techniciens dans ce hangar. » il essayait de garder ses paroles claires et concises. Il n’avait pas envie qu’ils s’attardent plus que nécessaire dans cet endroit. « Il n’y a que des vieilles pièces et des vaisseaux en attente de réparation ici. Si vous voulez parler au chef de clan, c’est plus loin, par la grande porte métallique. » dit-il. Au moins, son père pourrait parlementer. Après tout, il avait commencé à collaborer avec des officiels de l’Empire, il n’allait certainement pas se rebiffer face à une sith. L’occasion était trop bonne d’arriver à étendre son influence au-delà des frontières de Kiffu. Maxir avait dans ses mains la liste de matériel et rien d’autre. Le jeune apprenti n’avait rien sur lui non plus, si ce n’est quelques outils dans les poches de son uniforme de mécanicien. Rien de choquant ou de suspect. Si les sith cherchaient des choses plus suspectes comme des armes, il feraient peut être mieux d’aller chez les Vos, famille ouvertement Républicaine qui fournissait des Gardiens armés pour protéger la planète de Kiffex et de sa population criminelle. Les Korden, eux, n’avaient que des vieux outils rouillés et des morceaux de vaisseaux qui ne marchaient plus depuis quelques temps.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars: Echoes of the Force :: Anciens RPS-
Sauter vers: